Le BHD n°117 : L’étoffe des héros

Depuis que j’ai télescopé ma Comète, je suis victime d’un étrange phénomène situé quelque part entre la Quatrième dimension et Les envahisseurs…La bizarre sensation de m’essayer à la science- fiction

Ou alors, je suis en pleine poussée de schizophrénie et nous sommes plusieurs dans ma tête, ou bien encore, je suis en pleine crise mystique genre sainte Thérèse de Lisieux…

Je m’explique…

Tout d’abord, mon visiteur de l’espace ne m’a pas ouvert  son cœur, dont la clé est comme la recette des Pim’s. En si peu de temps, il ne m’a pas non plus ouvert son âme, hautement sous protection au même titre que Raiponce dans sa tour. J’ai moi-même plus d’un tour (jeu de mot) dans mon sac.  Il n’avait pas besoin de le faire, je me suis branchée sur une mèche de cheveux. Comme dans Avatar, je fais partie de ces personnes qui ressentent les autres…Il n’est pas nécessaire qu’une personne m’ouvre son âme pour que je décide de m’y infiltrer…  « Je te vois », et je fais ce que je veux ! (J’ai souvent une excellente moyenne générale aux tests de perception des autres).

Comme dans la Ligne verte, je me demande si lors d’un échange de regards intenses il ne serait pas pensable qu’une petite particule de son âme soit restée accrochée à la mienne. Ne pensez pas que ce soit un fardeau, encore moins un trophée, c’est quelque chose que je trimballe aussi naturellement   que toutes les autres cellules qui constituent tout mon corps.

Comme le chat dans Men in black, je porte en moi toute une galaxie (sur moi, ça fait classe).

Comme dans ET, il est « toujours là » et je voudrais bien retourner à sa maison (Et un abonnement comète, un ! Comment ça y’a pas ?).

Comme dans Stargate la porte des étoiles (le film, pas la série, SVP merci), Il m’a laissé un couloir spatio-temporel brisé qui ne fonctionne qu’à sens unique. C’est sans importance tant que je peux lui transmettre une dose quotidienne de tendresse et de bienveillance…Mon intuition me dit de le faire…Après tout, le cœur a ses raisons que la raison ignore…Ne jamais sous-estimer les pouvoirs de l’effet Papillon (Euh, ça marche en dehors du système solaire cette affaire là ?)

Je ne pouvais que m’interroger sur le pourquoi de ma démarche qui peut sembler ridicule et inutile aux yeux des autres (je ne suis pas les autres)…Jusqu’à ce que je tombe sur un petit bouquin que j’ai dévoré deux fois en suivant(en 48h chrono plus vite que la Redoute). Son titre « Accepter ce qui est ». Tel que l’auteur le préconise, j’ai cessé de me demander pourquoi et je me suis plutôt questionnée : pour quoi et pour en faire quoi ?

Aussi curieux que cela puisse paraître, je n’éprouve pas le sentiment de m’accrocher à quelque chose qui  aurait pu être et n’a jamais existé…Est-ce un défaut de rêver et de vouloir décrocher la Lune ? Je me dis que pour briller, une étoile a sûrement besoin d’être regardée,  d’avoir de l’attention, que quelqu’un lui renvoie, lui envoie de la lumière…

Je me creusais inlassablement le ciboulot sur cette question du « pour en faire quoi ? »…Parce qu’évidemment le principal intéressé n’en sait rien et s’en moque royalement ou « stellairement » (mais ça n’existe pas)…

J’ai eu la réponse que j’espérais, tout arrive à point nommé : « Le guerrier de la lumière sait que nul n’est idiot et que tout le monde peut apprendre de la vie, même si cela exige du temps. Il donne toujours le meilleur de soi et attend toujours le meilleur des autres. Avec générosité, il cherche à mettre en valeur le potentiel de chacun. Certains compagnons commentent : « Il y a des gens ingrats ». Le guerrier ne se laisse pas ébranler pour autant. Il continue à stimuler les autres, car c’est une manière de se stimuler lui-même ». Paul Coelho.

Pour en faire « ça » ! Pour continuer à être une fière guerrière ! (SVP, imaginez-moi de dos, les mains sur les hanches en posture de super héros regardant l’horizon)…

VVB

Sexualités: Le Magazine