Le BHD n°127 : Pas de bras, pas de chocolat !

Depuis une semaine, je tente une expérience complètement nouvelle pour moi. Je développe de nouvelles connexions cérébrales en utilisant seulement mon bras mineur (enfin à 98%). Chaque petite chose du quotidien devient un défi à relever et je suis en passe d’inventer de nouvelles disciplines olympiques : le fosbury du linge sur le fil, le « mettage » de culotte ou de soutien-gorge, l’enfilage de chaussettes à une main. Je vais devenir une adepte zen en pratiquant de menues tâches en pleine conscience : se brosser les dents, se moucher, plier et ranger du linge…Si, si, de la main gauche quand on est droitière exige une très grande concentration ! Chaque fois que je prends ma douche, me lave les cheveux ou m’habille, j’ai l’impression de sortir victorieuse d’une épreuve de Koh Lanta ! Je mise tout sur ma beauté intérieure et prends mes distances avec le Glamour…Ouais, en même temps, va séduire en pantalon à taille élastique et coiffée comme l’as de pique…

Je travaille mon sens de l’équilibre et m’exerce au contorsionnisme chaque fois que j’enfile mon attelle « coude au corps », cette amie intime et collante qui ne me quitte pas, même pour dormir, pour une durée minimum de trois semaines…Je serais bientôt championne de Body shake.

Vous supputez bien si vous avez deviné que j’ai, enfin, fait réparer cette aile blessée qui me faisait tant souffrir depuis deux longues années maintenant. Je n’ai pas lésiné sur la qualité du chirurgien. Poussée par la ténacité bienveillante de maman Sardine et de mon oncle, l’opérateur n’est rien moins que le grand ponte de toute la région…Mazette, rien que ça ! Je peux sans trahir le secret médical vous révéler une partie du diagnostic. J’avais une méga bursite. Donc, ce n’est pas un scoop, je suis une femme qui a des couilles ! J’ignorais simplement qu’elles étaient légèrement ectopiques. Pour l’instant mes suites opératoires sont proches de la perfection. Je suis chouchoutée, choyée, entourée, que ce soit par ma sœur, ma tante ou mes amis.

Ma sœur a pris spécialement des jours pour veiller tendrement et efficacement sur moi au retour du bloc et ces tous premiers jours où j’étais zombie sous morphine. Ma tante me concocte affectueusement de bons petits plats. Mon réfrigérateur n’a jamais été aussi plein. Et si j’ai le malheur de lui dire que j’avais fait une razzia chez Picard avant le jour J, elle me rétorque gentiment que, vu son âge, elle n’a pas d’ordre à recevoir. Mon oncle, avec sa générosité habituelle joue tantôt les chauffeurs tantôt les commissionnaires. Mes amis m’envoient des messages prévenants, bienveillants, drôles, moqueurs…Tout ceci, je l’affirme, contribue énormément à la convalescence.

Ce qui est délétère à la guérison, en revanche, c’est apprendre à ma dernière garde que je n’aurais pas de remplaçante. Malgré la maladie professionnelle, malgré l’arrêt long et programmé, les restrictions budgétaires vont pénaliser mes collègues. Je suis outrée, en colère et impuissante. Sans pour autant être coupable de quoique ce soit, je me sens responsable…

Les directions des hôpitaux se moquent éperdument de la santé physique et mentale de leurs agents. Nous ne sommes que des pions traités avec le plus grand mépris dans une indifférence totale.

Je réalise ma chance. Mon handicap n’est que temporaire. J’entends qu’il le reste, vraiment. Mon kinésithérapeute m’a bien fait comprendre l’intérêt sur le long terme d’une récupération progressive et totale d’une articulation  aussi importante que celle de l’épaule. C’est tout mon avenir que je joue, ça donne forcément à réfléchir…

La leçon est apprise et intégrée. Je m’en excuse dès à présent auprès de mes collègues. Mais, qu’on se le dise, je ne sacrifierais ni ma prochaine levrette, ni mon prochain salut de reine, ni même mon baptême de paramoteur sur l’autel des heures supplémentaires ! Je ne reviendrais que lorsque je serais guérie à 100% !

VVB

Sexualités: Le Magazine

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.