Le BHD n°19: Mako, moulages, poteries!

Le BHD n°20 : Mako, moulages, poteries !

 

Un excellent médecin m’a dit un jour que nous étions comme des boules de billard sur un Snooker. La queue (sans jeu de mots graveleux) nous donne une trajectoire, une ligne de vie. Mais les autres boules, en nous tamponnant, nous propulsent vers de nouvelles trajectoires auxquelles nous devons nous adapter.

Je pense plutôt que nous sommes comme cette célèbre pâte à modeler Play Do. On nous sort de notre belle boîte, nous avons une couleur magnifique, une belle texture, nous sommes capables de prendre des formes à l’infini, et il suffit de prendre bien soin de nous, et de bien nous ranger dans la boîte à l’abri de l’air et de la lumière pour que cela continue…Mais ce serait trop simpliste.

Un jour, une autre couleur vient s’ajouter à la nôtre, puis d’autres, la rendant encore plus colorée, irisée et merveilleuse. Un jour encore et on oublie de nous ranger. Manquement au soin, premier durcissement ! D’autres oublis surviennent et notre texture perd de sa souplesse, nous laissons de-ci delà d’infimes petits morceaux de nous-mêmes éparpiller notre personnalité, notre moi profond…A force d’oublis, à force de ne plus être bien rangé dans notre boîte, nous finissons par durcir et devenir d’une couleur terne, qui ne ressemble plus à rien. Nous devenons dures comme une pierre et l’on finit par de débarrasser de nous tel un vieil objet devenu obsolète.

Je me sens comme un caillou, bloc de granit à l’extérieur et pourtant, enrichie par tous les mélanges que j’ai reçue, lave en fusion à l’intérieur.

J’ai pris des tas de trajectoires qui m’ont impactée, qui m’ont ballotée, qui m’ont jetée tel un galet sur une plage. J’attends celui qui me ramassera…

Je ne suis pas un caillou au cœur de pierre.

Je ne souffre pas d’un manque, mais d’un trop plein !

Un trop plein d’amour à donner…

 

 

Sexualités: Le Magazine