Le BHD n°21: Apollo 13, Houston, Houston, on a un problème!

 

Le divorce sur le divan.

La plupart des gens décrivent le divorce comme un deuil avec ses 5 phases bien établies et qu’il faut traverser : le déni, la colère, le marchandage, la tristesse ou dépression et l’acceptation.

Oui, peut-être, mais moi, je décrirais 3 phases et d’ailleurs, l’un n’empêche pas l’autre et vice-versa. Donc, le divorce selon tata Valou ce serait : l’explosion, la déconstruction et la reconstruction.

 

Pour la première phase, l’explosion, si vous ne l’avez pas vécu vous-même, essayez de vous imaginer que vous êtes en même temps victime d’une cinquantaine de boules de chantier, d’un dynamitage dont la puissance aurait à la fois la puissance des bombes nucléaires et Nagasaki et Hiroshima, et juste après d’un tsunami…. La vie qui vole en éclats, les larmes, le chagrin, le deuil, la vie qui s’effondre, la vôtre, celles de vos enfants, de vos proches. Le « plus rien ne sera comme avant ».

 

 

La déconstruction : Tout d’abord, on se réveille dans un paysage version film post-apocalyptique, c’est lunaire et plein de poussière et l’on s’étonne d’être encore en vie. La plupart des gens qui vous connaisse, ou croit vous connaître, vous donne l’impression d’être Cersei dans Game of Thrones lorsqu’elle effectue sa marche de la honte, nue, à travers la ville avec des clochettes qui la précèdent et une voix qui crie « shame ». Ben oui, parce on se sent tellement honteuse de n’avoir pas su garder son couple en vie, comme une déesse qui aurait laissé le feu sacré du temple s’éteindre. Certains cons croient qu’ils peuvent savoir ce qui se passe dans l’intimité des alcôves, une fois que la porte du domicile conjugal est fermée, quand les squelettes sortent des placards…

J’aurais bien voulu être comme Indiana Jones partant à la conquête d’un nouveau trésor, mais la déconstruction, c’est plutôt un truc méticuleux genre les Experts, toutes les équipes réunies pour davantage d’efficacité. C’est une véritable autopsie du mariage et il est vital de la mener si l’on veut comprendre comment cela a pu arriver et, surtout, pour que cela ne se reproduise pas…

 

Ce n’est qu’après la lecture de ce rapport d’autopsie que pourra commencer la reconstruction !

Pour ma part, je crois que je suis toujours dans la phase deux. Je ne manquerais pas de vous prévenir quand j’aurais attaqué la phase trois !

 

1 thought on “Le BHD n°21: Apollo 13, Houston, Houston, on a un problème!”

  1. Lorsque nos repères disparaissent ,ne faut ‘il pas se contenter de simplement vivre le moment présent ?
    Les choses arrivent bien assez vit pour combler notre univers virtuel 😉

Sexualités: Le Magazine