Le BHD n°27: A la recherche de la Panthère rose

A force de creuser, j’ai finalement atteint le fond de la caisse et je me sens davantage comme l’inspecteur Clouzot que comme Indiana Jones. A savoir que je me sens maladroite et pataude et non pleine d’assurance et aventureuse.

C’est un peu comme des fouilles archéologiques, il faut procéder par strate pour tout retrouver et ensuite, classer les rêves et désirs par catégories : il y a les rêves qui étaient impossibles depuis le début, ceux devenus impossibles par la force des choses, ceux qui peuvent encore exister et j’espère ceux à venir et qui n’existent pas encore.

Je repère, je dépoussière, j’examine, j’évalue.

Faire 1,75 et ressembler à un mannequin : euh, comment dire, à oublier définitivement.

Etre une sorcière comme Samantha Stevens : ça, même si je ne remue pas mon nez, je peux dire que j’y suis un peu parvenue puisque j’essaie toujours d’être bienveillante pour les gens que j’aime et que je me mets en quatre pour combler leurs souhaits et désirs, dans la mesure de mes possibilités tout de même, je ne peux pas sortir un poney ou une moto de mon chapeau pointu, turlututu !

Lire, faire du sport, méditer, travailler la résine à inclusion : alors ça, je vous le dis, c’est au programme de la rentrée et je vais me délecter !

Partir faire une mission humanitaire : c’est encore possible, puisque la loi Kouchner me permettrait d’en faire une. J’attendrais juste que mon petit dernier ait quitté le nid à son tour.

Habiter la maison de mes rêves sur l’île d’Oléron : après tout, peut-être pas cette maison là, mais je pourrais toujours envisager d’y vivre quand je serais retraitée.

Voyager, découvrir la baie d’Along, Stonehenge, l’Irlande, la Nouvelle Zélande et voir des aurores boréales : bon, là, c’est possible, à condition de gagner au loto ou d’hériter d’un tonton d’Amérique, mais je ne désespère pas !

Et la cerise sur le gâteau, se dire que le meilleur reste à venir !

Mais oups, ou ai-je mis le bocal de cerises ?

Sexualités: Le Magazine