Le BHD n°46 : Je suis féministe

Quand j’entends Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l’Express déclarer qu’instaurer l’égalité salariale hommes/femmes mettrait l’économie de notre pays en péril, je vois rouge !

Et si on essayait d’augmenter les femmes et de mettre les hommes au niveau actuel du salaire des femmes, juste pour voir ! Nous sommes la force vive de ce pays, c’est nous qui consommons et faisons davantage marcher l’économie…Allez, juste pour voir !

Alors, voilà, je suis féministe et d’ailleurs, tant que le terme « hoministe » n’existera pas, je n’aurais d’autre choix que d’être féministe !

Je lisais l’autre jour un article très intéressant et très, comment dire, dérangeant sur le fait que la vie d’une femme dans le mariage pouvait s’apparenter à une forme de prostitution…Je vous entends déjà hurler, mais laissez-moi m’expliquer.

Je me suis remémorée toutes ces choses que font les mères et les épouses, telles des femmes de l’ombre ou des femmes dans l’ombre…de leur mari…

Personnellement, je me suis entendue dire pendant des décennies : « Moi, j’ai un métier ! ».

Ah, parce que sûrement, sage-femme de nuit en salle de naissance c’est un loisir qui ne requière aucune compétence et sans aucune responsabilité…

Enfin, bref ! On nous rebat les oreilles avec la parité homme/femme, la parentalité, la place du père et patin-couffin ! Mais les chiffres sont là et ce n’est pas moi qui les invente, il suffit d’aller voir sur les sites de statistiques comme l’INSEE. Depuis 1968, c’est toujours « bobonne » qui se tape les tâches ménagères, et d’ailleurs, elle aime tellement les 35 h qu’elle les fait deux fois par semaine : une fois au boulot et une fois à la maison !

Combien d’entre nous entendent « TON » ménage (bah oui, parce que je suis la seule à vivre et à salir cette habitation, « TA » lessive (bah oui parce que je ne lave que mes fringues), « TES » gosses (bah oui, parce que je les ai trouvé sur le pas de la porte ».

Et puis tous ces magazines féminins truffé de photos trafiquées par « PHOTOSHOP » qui nous font culpabiliser à longueur de temps de ne pas être parfaites…alors que vous ne ressemblez pas forcément à un Dieu Grec…Ces mêmes magazines au programme desquels on trouve dans le même numéro des articles aux antipodes les uns des autres :  « Apprendre à s’accepter soi-même », « Perdez 10 kilos en 15 jours avec notre nouveau régime miracle », « La recette du fondant au chocolat »…

Et tout ça, encore, c’est « mignon » comparé aux violences conjugales, aux violences envers les femmes, au sexisme. Sans oublier les horreurs que vivent les femmes à travers le monde : mariages forcés, excision, pas d’accès à l’éducation, pas d’accès aux soins, féminicides, le viol comme arme de guerre, sélection des bébés filles…La liste est tellement longue…La cruauté des hommes à l’égard des femmes n’a pas de limite et semble exister et se perpétuer depuis que le monde est Monde.

Les Femmes représente la moitié de l’Humanité, 52% si on veut pinailler, alors pourquoi tant de haine ?

Nous sommes les mères, les femmes et les filles de ces hommes et c’est sûrement à nous qu’il revient de les éduquer autrement pour renverser la vapeur…

Tant que les femmes ne seront pas l’égal des hommes, tant qu’elles auront besoin de se justifier sur leur façon de s’habiller, sur leur façon d’être, tant qu’on les prendra pour des bouts de viande, tant que la société sera patriarcale, alors oui, je n’aurais pas d’autre choix que d’être féministe. Parce que d’autres se sont battues avant moi. Parce que mon devoir de femme est de faire évoluer les choses, tout simplement.

 

“Les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson.” Rebecca West (1892-1983)

 VVB

1 thought on “Le BHD n°46 : Je suis féministe”

Sexualités: Le Magazine