Le BHD n°83 : Régime de faveur

Certaines femmes sont belles sans y penser et je dois avouer qu’elles ont bien de la chance…

Je me dis souvent que moi, même en y pensant très fort et continuellement, je ne parviendrais jamais à la hauteur d’une Sophie Marceau ou d’une Marylin Monroe…

Une fois encore, cela remonte à l’enfance…J’ai des fesses callipyges, c’est ainsi !

J’étais une belle petite fille potelée avec de belles anglaises blondes, version bébé Cadum…

Après mes 8 ans (Cf. BHD n°64), je suis devenue ronde et ça s’est empiré jusqu’à mes 13 ans. Non pas que j’étais obèse, mais j’étais en surpoids (les années 70 ne faisaient pas encore la différence sur le sujet) et j’étais différente…Des surnoms pourris, des moqueries, j’en ai essuyés beaucoup. Mais je crois que le summum, c’est le jour où mon délicat professeur de sport de l’époque (croyez-moi, je n’oublierais jamais ni son nom ni son visage) m’a traitée de « grosse patate » devant la moitié du collège. J’aurais voulu disparaître au propre comme au figuré. Il était parfaitement inutile de m’insulter puisque d’une part mon cher père biologique ne cessait de me dire que vu que j’étais grosse et moche, je ne ferais rien de bien dans la vie…LOL ! Et d’autre part, j’étais déjà au courant chaque fois que je voyais mon reflet dans le miroir. L’avantage non négligeable, c’est que cela m’a permis de développer mon sens de l’humour…

Des traitements pour être enceinte, trois grossesses rapprochées, une maladie de la thyroïde, des régimes de toutes sortes depuis lesquels je m’interdis certains aliments, des pertes de poids, des reprises…Tout ça pour finir à la veille de la naissance de mon quatrième enfant avec un poids record de presque un quintal, qui pour le coup me plaçait dans la catégorie obèse ! Je crois que le coup de grâce m’a été asséné par un collègue anesthésiste qui m’a dit devant une patiente : « Quand est-ce que tu vas arrêter d’être grosse ? »…Ce à quoi j’ai répondu : « Quand tu arrêteras d’être con ! »… Autre avantage non négligeable, j’ai développé mon sens de la répartie…

La réalité inavouable c’est que je vivais un véritable effondrement. La douleur d’un constat : celui d’être prisonnière d’un corps que je n’avais pas choisi…Affreux !

Et puis un jour, une rencontre magique et salutaire à la veille de mes quarante ans, une conseillère en image m’a proposée ses conseils. Et plus rien ne fut comme avant…Je me suis mise à porter un autre regard sur moi-même, à voir que j’avais du charme que je pouvais être belle sans être une actrice ou un mannequin. J’ai arrêté de me battre contre moi-même, j’ai vu une psychothérapeute et une diététicienne et je me suis mise à mincir…Mon IMC oscille désormais entre 24 et 26, Je sais que je ne serais jamais filiforme, mais ça m’est égal ! J’ai des fesses callipyges, c’est ainsi ! Et comme le dit un petit panneau sur Facebook : « Les femmes avec un léger surpoids vivent généralement plus longtemps que les hommes qui le font remarquer »…J’en connais plus d’une qui seront d’accord avec ça !

 

VVB

2 thoughts on “Le BHD n°83 : Régime de faveur”

  1. Il y a plusieurs mois que je suis votre blog, et je dois avouer qu’il me rends heureux. Je suis un homme qui aime et admire les femmes! J’ai longtemps vécu en Afrique, et j’ai découvert la bas que malgré leur statut et leur place au milieu des hommes, des familles, des traditions, ce sont elles qui font vivre et exister l’Afrique. Pas l’Afrique des grandes villes peut être, mais incontestablement celle des villages. Elles m’ont ému tout au long des années passées la bas. Rentré en France je me suis aperçu que chez nous aussi, différemment, elles étaient le ciment de notre société. J’ai une admiration sans borne pour les femmes, et lire votre blogue me donne encore plus de raisons de croire à cela!

    1. Cher Monsieur,
      Un commentaire aussi gentil mérite forcément une réponse. Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un lise tous mes billets d’humeur…Cela me touche énormément. Je comprends que vous avez beaucoup voyagé, c’est merveilleux. Je trouve extraordinaire qu’un homme remarque le poids que peuvent avoir les femmes en Afrique, mais aussi dans le monde. Les informations de ces dernières semaines sont encore la preuve que les hommes nous malmènent depuis toujours…Je le déplore. Au plaisir de vous lire, merci encore.

Sexualités: Le Magazine