Le BHD n°87 : La servante écarlate

Savez-vous ce qu’est une dystopie ? C’est une histoire qui parle d’un futur noir et inquiétant, la dégénérescence d’une société qui part à vau l’eau malgré de grands signes avant-coureur mais qu’elle n’a pas voulu entendre…Les Mad Max et autre Soleil vert en sont de parfaits exemples, mais celle dont je veux parler aujourd’hui est la Servante écarlate. C’est un roman de Margaret Atwood, paru en France en 1987, dont un film a été tiré en 1990, et dernièrement qui fait l’objet d’une série cette année 2017. Je ne vais pas vous dévoiler l’intrigue, mais pour faire court et simplissime, je dirais que cela parle d’un monde en proie à une dramatique baisse de la natalité et qu’une caste de femmes encore fertiles, les servantes écarlates, sont « réservées » à la reproduction…

S’il l’on en croit les sociologues et anthropologues, en 2040 (c’est-à-dire demain), il y aura 8 hommes pour une femme en âge de procréer en Chine et en Inde où l’on a pratiqué la politique de l’enfant unique…D’où une pratique de foeticides et de meurtres sur les petites filles…

Il se trouve également que je m’intéresse de près aux perturbateurs endocriniens, à l’environnement et à l’épigénétique (qui est la façon dont notre génome peut être modifié par notre environnement).

Dernièrement j’ai assisté à une conférence sur les conséquences de la pollution sur la fertilité. Les conclusions sont effarantes et à faire dresser les cheveux sur la tête : les hommes perdent un pourcent de spermatozoïdes par an, ce qui fait qu’en 2070, la seule façon de se reproduire serait la Procréation Médicalement Assistée ! De même des études démontrent que la taille du pénis en érection a diminué d’environ 1 cm en dix ans…Heureusement qu’on a redécouvert le clitoris dans le même laps de temps…Va falloir apprendre à s’en servir !

Dans un premier temps, on ne pourrait voir la chose que de façon positive, en se disant qu’il n’y aura plus besoin de toutes ces méthodes de contraception qui nous rendent souvent plus mal qu’autre chose. Se dire que les chers chéris vont devenir des « Majordomes indigo » qui auront besoin de nous pour avoir une progéniture et qu’ils devront se montrer particulièrement convaincants et d’une extrême gentillesse avec la gente féminine…

Mais de l’autre, c’est ne pas voir que nous serons finalement des servantes écarlates devant subir des traitements, des interventions, une hyper-médicalisation des grossesses pour assurer la pérennité de l’espèce humaine…

Alors en 2070, il n’y aurait que trois solutions : le monde sera toujours le même, réservé à une élite friquée au-dessus des lois et de la pollution. Les femmes domineront le monde car elles seront les gardiennes du maintien de l’espèce humaine, ou elles ne seront que des servantes écarlates à la disposition des hommes…Personnellement, je ne serais plus là pour le voir, mais j’aimerais assez la deuxième option, ça changerait un peu…Autre option envisageable, que la Corée du nord et les USA ne fassent sauter la planète à force de vouloir jouer à celui qui a « la plus grosse »…

VVB

Sexualités: Le Magazine