Le billet d’humeur de la divorcée: épisode 12

Le billet d’humeur de la divorcée : l’an II après les Mayas

Episode 12

Il y a des années lumières me semble-t-il, une collègue avait trouvé un nom à notre couple, il est devenu par la suite le nom de notre famille.

J’ai perdu de vue la collègue, mais le nom est resté, et tout le monde nous surnommait ainsi.

Je me rends compte qu’une famille, c’est un peu comme une dynastie ou un gang. Une famille possède ses propres codes, un langage et des expressions qui lui sont propres, une culture.

Celle de ma famille s’est construite à partir ce que mon mari et moi y avions apporté.

La cuisine, le bricolage et les jeux de société du côté de papa.

L’art de la répartie, les travaux manuels et l’art de mettre de l’ambiance sur la piste de danse du côté de maman.

Par la suite, ce que nous avons découvert et aimés tous ensemble : les dialogues des Disney, une forte imprégnation Harry Potter et Kaamelott, une passion immodérée pour les dialogues d’Audiard.

Tout ce qui fait que nous étions NOUS !

Une famille avec une forte personnalité, une identité qui la démarque des autres.

Une culture sans cesse revue, redécouverte au fur et à mesure que vous grandissiez et qu’à votre tour vous faisiez connaître aux plus jeunes de la fratrie.

Un seul mot, et nous étions tous capables de penser la même chose simultanément, comme si la télépathie existait.

Nous pouvions tenir toute une journée avec des répliques de nos films cultes.

Et là, en l’an II après le divorce, il me plait de constater que notre civilisation n’ait pas été emportée par la fin de notre couple.

Elle s’est simplement scindée en deux, mais elle subsiste.

Et c’est tout ceci que devra découvrir un jour mon hypothétique nouvel amour. Tout comme je devrai découvrir, de mon côté la culture de son gang à lui.

Sexualités: Le Magazine