Le BHD n°64 : Ne le dis à personne

C’est en signant une énième pétition contre l’imprescriptibilité des crimes sexuels que je me suis dis que j’en avais marre de me trimballer une honte qui ne m’appartient pas. Comme la diva Plavalaguna du Cinquième élément, cette honte est en moi depuis bien trop longtemps et elle pèse des tonnes.

Cette honte n’est pas la mienne.

Lorsque j’avais 8 ans, le voisin de ma grand-mère paternelle m’a fait des attouchements sexuels.

J’étais une petite fille espiègle, insouciante et bavarde.

Pendant presque 25 ans, ce traumatisme, je l’ai occulté. Une vraie amnésie. Et puis, un jour, il est arrivé un incident (des plus anodins) à ma fille aînée à l’école maternelle avec un de ces camarades de classe. Et là, les cauchemars ont commencé. Des cauchemars récurrents. Je me voyais, malade, alitée, en chemise de nuit avec cet homme au-dessus de moi, ses yeux bleus, son regard de fouine, sa peau parcheminée de vieil homme, son odeur d’eau de Cologne Mont Saint-Michel parfum ambré (je peux vous le dire), ses doigts qui me fouillent. Cette scène, je l’ai vécue un million de fois au moins. Psychanalyse, psychothérapie, comprendre pourquoi j’avais enfouie tout ça au plus profond de moi.  Enfin comprendre certaines choses pas si anodines que cela : ne pas supporter qu’un homme avec les yeux bleus me regarde, avoir la nausée dès que je sens cette putain d’eau de Cologne, ma terreur à l’idée que mes enfants puissent un jour être victime d’un pédophile, le fait ne pas supporter qu’on me touche la vulve avec les doigts, la frigidité des premiers rapports, ma joie inappropriée quand il est mort. 25 années de quasi amnésie, et un jour, Hiroshima qui m’explose en plein cœur !

Je suis heureuse d’avoir surmonté ce traumatisme. Je connais bien la résilience. Les « psys » m’ont aidée, je ne peux le nier, mais je pense que celui qui m’a le plus aidée, c’est celui qui a pris le temps de m’initier à la sexualité.

A 40 ans, j’ai enfin trouvé le courage de le dire à ma propre mère. Ces paroles ne furent pas d’un grand réconfort : « Ben, il est mort… (Grand blanc)…et puis, il ne t’a pas mis son machin… (Nouveau grand blanc)…pourquoi t’as rien dit ?… ». Fin de la discussion, nous n’en avons jamais reparlé depuis !

Nouveaux cauchemars : Je me revois enfant à devoir le saluer presque chaque jour et lui de me répéter : « faut pas regarder les gens avec ces yeux là ! ». Entendre ma grand-mère me dire qu’elle ne veut pas de problèmes avec ses voisins car elle en a besoin ! Quand je pense qu’elle avait été violée par son mari le soir de ces noces. Je suis sûre qu’elle savait mais qu’elle n’a rien dit de peur des conséquences !

La culpabilité et la honte, du coup, c’est pour ma pomme !

Les gens qui ont vécu des traumatismes ont souvent des addictions, la mienne, c’est le tabac. J’ai tenté plusieurs fois d’arrêter et chaque fois, ce qui me fait reprendre, ce sont les cauchemars qui reprennent, la même scène, encore et encore ! Vite une clope !

Voilà, ça ne m’empêche ni de marcher, ni de respirer, ni de vivre, ni d’aimer, ça s’est passé, mais je ne veux plus porter cette honte, sa honte et sa culpabilité.

A compter d’aujourd’hui, je rends la honte et la culpabilité à celui qui aurait du l’éprouver !

VVB

La revue de presse de Valérie du 29/05/2017

Manipulation répétitive

Le Gaslighting : une forme d’abus émotionnel dissimulé :

https://nospensees.fr/gaslighting-forme-dabus-emotionnel-dissimule/

Un vrai progrès

Une pilule aux plantes et sans hormone est en préparation :

http://www.cosmopolitan.fr/une-pilule-sans-hormone-a-base-de-plantes-pourrait-revolutionner-la-contraception,1994517.asp

Après bébé

Le sexe après l’accouchement : retrouver le chemin du plaisir :

http://www.santemagazine.fr/le-blog-sexo-de-marine-nugeron-et-daisy-le-corre/le-sexe-apres-l-accouchement-retrouver-le-chemin-du-plaisir-76930.html

Salon très spécial

Au SexTechLab : « Et on jouit comment avec ça ? » :

http://www.makery.info/2017/05/23/au-sextechlab-et-on-jouit-comment-avec-ca/

Entre adultes consentants

Fessée, mots crus, morsures : oser le sexe bestial :

http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Pratiques-sexuelles/Articles-et-Dossiers/Sexe-oser-un-peu-de-sauvagerie

Le code a changé

Sommes-nous trop humains dans le jeu de la séduction ?

http://www.desculottees.com/2017/05/trop-humains-jeu-de-seduction/

Ebéniste

Fléac : les sextoys envoient du bois :

http://www.charentelibre.fr/2017/05/24/fleac-les-sex-toys-envoient-du-bois,3103972.php

On se met à la page

Des « Tuto » sexo rigolo : les questions sexuelles abordées avec humour :

http://www.dhnet.be/lifestyle/relations/des-tuto-sexo-rigolo-les-questions-sexuelles-abordees-avec-humour-5922e297cd70022542f8f243

Le BHD n°63 : Mesdames, un pas en avant !

Sans me vanter le moins du monde, je peux affirmer que je fréquente des  mères  au quotidien et que j’ai de l’expérience en la matière. J’ai noté un défaut commun pour une écrasante majorité des mères qui est décuplé lorsque celle-ci est aussi soignante.

Tout commence à la maternité ou après des heures de contractions douloureuses et un accouchement (même le plus normal soit-il), vous vous retrouvez fatiguée, la vulve douloureuse, des doutes pleins le cerveau, et là, la ronde des visites commence et vous vous rendez-compte qu’il n’y en a plus que pour votre cher bambin ! Il est bien fini le temps de la grossesse où vous étiez le centre de toutes les attentions…Oups, même vos écarts culinaires si attendrissants deviennent à présent de gros pêchés à condamner. Et chacun y va de son avis et de son conseil vous plongeant dans le désarroi le plus total !

Ca y est, la pression est là !

Nous devenons des espèces d’éponge bifaces : d’un côté, nous absorbons toutes les émotions, de l’autre nous nous essorons jusqu’à la dernière goutte.

Nous voulons être parfaites, et j’entends par là reproduire l’éducation que nous avons reçue si nous pensons qu’elle était bien, ou, au contraire,  en prendre le contre-pied. Nous voulons tout gérer et  tout organiser dans le moindre détail et ça nous plombe.

Bonne nouvelle, ça porte un nom, cela s’appelle la « charge mentale » une chercheuse de Québec, Nicole Brais, la définit comme la somme du travail de gestion, d’organisation et de planification ayant pour objectifs la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence (du foyer).

Mauvaise nouvelle cela concerne quasi-exclusivement les femmes…Vous me suivez… Il paraît que c’est générateur d’un grand stress… Et ce phénomène, c’est sans compter la profession que peut exercer la maman au dehors.

Le cerveau qui fonctionne toujours à 20000 tours par seconde (soit bien plus vite que le lave-linge), y compris la nuit…et cette phrase énervante au possible que j’entends toujours prononcée par des hommes : « pour t’endormir, c’est facile il suffit de penser à rien ! », mais bon sang, comment fait-on pour ne penser à rien ?

Je me suis un peu égarée, quoique… Revenons donc à nos moutons ou plutôt à notre principal défaut de maman : celui de se faire systématiquement passer après notre progéniture et notre conjoint !

Et j’en viens à la question cruciale : pourquoi ne pas se mettre sur le même rang que tous les autres membres de la famille, pourquoi systématiquement ce retrait : à combien de morceau de gâteau avez-du vous renoncer, de combien d’heures de sommeil vous êtes-vous priver, combien de fois avez-vous changé vos plans pour votre moitié ou vos chères têtes blondes ?

Et tout ça pourquoi ? Pour qu’un jour, apparemment tranquille et anodin,  le couvercle de la cocotte minute réussisse un décollage digne d’une fusée interplanétaire…

Parce que la nième frustration, vous n’aurez pas pu la digérer ?

Je ne veux pas en remettre une couche sur le patriarcat, mais nous sommes victimes de l’éducation reçue depuis des temps ancestraux : soit une bonne fille, soit une bonne mère, si tu es sage, tu auras des bonbons, si tu travailles bien, tu auras une image…Tu parles ! Un tien vaut mieux que deux tu l’auras.

Je crois que tout serait plus facile si nous ne nous négligions pas, si nous n’attendions pas pour répondre à nos besoins élémentaires, à nos envies simples et bénignes. Ce n’est pas aux autres de nous accorder de l’importance, c’est à nous de la prendre. Inutile d’attendre que le moindre détail nous transforme en petite bombe à retardement. N’oublions pas que la plupart du temps, dire « OUI » aux autres, c’est se dire « NON » à soi-même. S’octroyer, sans culpabiliser un moment pour soi et rien que pour soi. Mettre en pratique le  «  Mieux avec soi-même pour être mieux avec les autres ».

Alors, Mesdames, un pas en avant et bonne fête des mères !

VVB

La revue de presse de Valérie du 23/05/2017

Mères proches du burn-out

La « charge mentale », le syndrome des femmes épuisées « d’avoir à penser à tout » :

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-charge-mentale-le-syndrome-des-femmes-epuisees-d-avoir-a-penser-a-tout_1906874.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1494429673#xtor=CS3-5076

On a demandé à des hommes ce qu’ils pensaient de la « charge mentale » :

http://www.slate.fr/story/145470/hommes-pensent-charge-mentale

 

Et on prône la tolérance…

L’homophobie à fiel ouvert :

http://www.liberation.fr/france/2017/05/10/l-homophobie-a-fiel-ouvert_1568677

Il était temps !

Le clitoris enfin représenté dans un manuel scolaire :

http://www.madmoizelle.com/clitoris-manuel-scolaire-772607?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1494597357

Version féminine

Une Montréalaise crée un site de porno féministe :

http://journalmetro.com/opinions/urelles/1121548/une-montrealaise-cree-un-site-de-porno-feministe/

Détox !

Ce que l’hygiène sexuelle dit de notre société :

http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/05/14/ce-que-l-hygiene-sexuelle-dit-de-notre-societe_5127431_4497916.html#2frE643ZB4qqIY6C.99

Relations malsaines

Les 400 culs-Connaissez-vous l’incestuel ?

http://sexes.blogs.liberation.fr/2017/05/15/connaissez-vous-lincestuel/

Chez nos cousins

En France, nous avons beaucoup à apprendre du féminisme québécois :

http://cheekmagazine.fr/societe/feminisme-quebec-france/

Propagande

Ecole et sexe, le site de propagande mensongère de la Manif pour tous :

http://www.numerama.com/politique/258905-ecole-et-sexe-le-site-de-propagande-mensongere-de-la-manif-pour-tous.html

Fatwa

Iran : les femmes défient les ayatollahs :

http://www.francetvinfo.fr/monde/iran/iran-les-femmes-defient-les-ayatollahs_2197026.html

Le BHD n°62 : Résiste, prouve que tu existes !

« Bats-toi, signe et persiste… »

Je trouve plutôt intéressant et enrichissant de rebondir sur des mots qui me viennent en séance de sophrologie. Cette fois-ci, le mot « résiste » ainsi qu’une phrase de mon ex-mari avant que je ne quitte notre maison : « C’est toujours toi contre le monde entier ». Certes, mais si quelqu’un avait pris les armes à mes côtés, peut-être n’aurais-je pas eu à mener certaines batailles seule !

D’ailleurs, je résiste depuis ma naissance, à peine arrivée, j’ai du me battre pour ma survie : naissance par forceps, en état de mort apparente avec une belle embarrure. Ensuite, j’ai dû résister à une technique mise au point par ma grand-mère (à sa décharge elle a donné le sein à ma mère jusqu’à 2 ans et demi). Pour que ma mère n’ait pas besoin de me nourrir au sein la nuit : on me mettait à dormir à l’autre bout de la maison et on me laissait pleurer jusqu’à épuisement, je détiens le record des petits-enfants, 3 semaines…

J’ai cherché  des synonymes de résister. Je me suis interrogée de leurs significations :

Résister à la tentation : quand on a fait autant de régime que moi, on sait ce que ça veut dire, j’ai bien du perdre 3 fois mon poids actuel depuis mes 13 ans.

Résister aux pressions : choisir de faire sage-femme alors que mes parents voulaient que je fasse une école de commerce.

Lutter pour ne pas succomber à ce qui attire, séduit : rester fidèle à soi-même, à l’homme qu’on aime, à ses valeurs.

Réagir, se débattre, se défendre, contrarier, désobéir, se cabrer, se révolter, se rebiffer, tenir tête, affronter : tous vécus ! Ne supportant pas l’injustice, j’ai mené la vie dure à tous ceux qui en sont responsables, que ce soit à mon égard, à celui des gens que j’aime ou à mes collègues.

Endurer, lutter, soutenir, supporter la peine et le travail : mère de famille nombreuse, soignante, divorcée…pas la peine de développer !

Il m’apparaît que je n’aie pas résisté en vain. J’ai fait de ma résistance une résilience.

Ne pas se décourager, ne pas se laisser abattre, surtout ne pas se laisser glisser vers la dépression, chercher des solutions, se dépasser, rebondir !

 

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi, la sagesse de distinguer l’un de l’autre ». Marc-Aurèle

 

« Ceux qui n’apprennent rien des faits désagréables de leur vie, forcent la conscience cosmique à les reproduire, autant de fois que nécessaire, pour apprendre ce qu’enseigne le drame de ce qui est arrivé. Ce que tu nies te soumet. Ce que tu acceptes te transforme ». Carl Gustav Jung.

VVB

Le BHD n°61 : Inspirez, soufflez !

L’autre jour, en séance de sophrologie, exercice d’une simplicité enfantine : « Imaginez qu’à l’expiration, l’oxygène tel un rayon de lumière circule dans tout votre cœur, la même chose sur l’expiration, mais dans l’autre sens ». Tentative…et là, grosse crise de panique et d’angoisse comme les gens qu’on essaye de noyer en leur mettant la tête sous l’eau dans les films…J’avais la sensation de me débattre, de me noyer, d’avoir le cœur dans un étau…L’horreur !

Prise de conscience…encore !

Connaissez-vous la « vierge de fer », cet instrument de torture moyenâgeux de l’époque d’Henri II ? C’est un sarcophage en bois ou en fer muni de grandes pointes de fer à l’intérieur, on y enfermait les personnes que l’on voulait torturer…Je vous laisse imaginer le bain de sang…

Et bien moi, depuis la minute où le bourreau avait mis sa sentence à exécution (« je ne t’aime plus, je veux qu’on se sépare »), j’avais adopté une sorte de respiration contrite et contrainte pour moins souffrir, pour éviter le syndrome du cœur brisé.

Explications : Contrainte parce que c’est le synonyme de difficulté, de pudeur et d’oppression. Contrite, parce que c’est le synonyme de repentant, de penaud et de quelqu’un qui éprouve un grand regret pour ses fautes. Le syndrome du cœur brisé, parce que c’est une maladie qui existe vraiment. Elle est due à un stress émotionnel ou physique qui provoque une défaillance cardiaque aigüe pouvant conduire au décès. Dans presque 30% des cas une rupture amoureuse en est à l’origine !

Alors oui, sans m’en rendre compte le moins du monde, j’ai adopté une respiration superficielle, pour moins souffrir, pour ne pas mourir de chagrin, pour éviter de faire saigner mon cœur davantage.

Par contre, pourquoi j’ai mis autant de temps à m’en apercevoir, je ne saurais le dire. Toujours est-il que retrouver pleinement ses fonctions respiratoires, inspirer, souffler, respirer à pleins poumons et avec des rayons de soleil et une douce chaleur qui vous traverse le cœur, c’est bon, c’est doux, c’est extraordinaire ! Un vrai petit miracle !

Je me suis amusée à compter depuis quand mon petit cœur était enfermé dans sa vierge de fer.

Entre le jour « J » et le cours en question : 1278 jours. Sachant qu’un adulte effectue en moyenne 16 mouvements respiratoires par minute, j’ai mis 127 824 heures soit 7 669 440 minutes soit 122 711 040 respirations avant de guérir !

 

« Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit ». Khalil Gibran.

Bon, j’ai juste fait une nuit polaire version la Belle au Bois dormant, le tout, c’est d’en avoir pris conscience !

VVB

La revue de presse de Valérie du 08/05/2017

Stupéfaction !

A l’ONU, l’Arabie Saoudite devient membre de la commission de la condition…de la femme :

https://www.marianne.net/societe/l-onu-l-arabie-saoudite-devient-membre-de-la-commission-de-la-condition-de-la-femme?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1493057828

Danger !

« Tampon, notre ennemi intime », sur France 5 :

https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-tele/l-instant-tele-25-avril-2017

Répartition des tâches

Cette campagne sur la répartition des tâches ménagères est géniale :

http://www.aufeminin.com/news-societe/campagne-repartition-taches-menageres-indesit-femme-homme-famille-lessive-menage-repassage-enfant-egalite-equite-sandrine-quetier-doittogether-s2231800.html#utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

Méfiance !

Le « stealthing » ou retrait non consenti du préservatif, une forme de viol taboue :

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20170428.OBS8699/le-stealthing-ou-retrait-non-consenti-du-preservatif-une-forme-de-viol-taboue.html

A voir et à revoir

Le clitoris, ce cher inconnu :

https://vaginconnaisseur.com/portfolio/le-clitoris-ce-cher-inconnu/

C’est pas gagné…

« Bonne mère et bonne épouse » : une « vision traditionnelle » qui tient bon :

http://www.lesnouvellesnews.fr/mere-epouse-vision-traditionnelle/

La folie d’un homme

La réforme santé de Trump empêchera des femmes violées d’avoir une assurance maladie :

http://m.slate.fr/story/145038/reforme-sante-de-trump-femmes-viol-assurance

Ragnagnas !

Ceci est mon sang :

https://www.franceculture.fr/emissions/les-discussions-du-soir-avec-rene-frydman/les-discussions-du-soir-avec-rene-frydman-mardi?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1493974257

Le BHD n°60 : Pêle-mêle

 

Parlez-moi avec bonheur d’une maison au bord de l’océan d’où je pourrais admirer les vagues et respirer les embruns, d’où je pourrais partir chaque jour en balades sur les plages à la chasse au verre dépoli…Ne me parlez pas de la télévision poubelle : voyeuriste, avilissante, abrutissante, débilitante qui entraîne le QI d’une part de nos concitoyens vers le zéro absolu…

Montrez-moi Tom Selleck, Ed Harris et Patrick Dempsey pour qui j’ai une irrésistible attirance et qui me font fantasmer…Ne me montrez pas de serpents pour lesquels j’ai une phobie, à tel point que je ne peux même pas les regarder sur un livre…

Offrez-moi de la lingerie pour laquelle j’éprouve une véritable passion : ses matières douces et soyeuses et cette ivresse de savoir qu’on est seule à savoir ce que l’on porte sous ses couches de vêtements…Ne m’offrez pas d’huîtres, d’abats, d’olives, d’anchois et de plats épicés sous peine de me voir vomir…

Evoquez avec moi le bonheur et la magie d’une naissance, ce moment où la tête d’un nouveau-né arrive sur le périnée de sa mère et qu’il arrive, tout neuf, prenant sa première bouffée d’air et découvrant le monde…N’évoquez pas le mensonge, l’injustice, l’hypocrisie, la trahison et le mot « immuable » car se sont des choses que j’exècre !

Faites-moi rire avec des répliques de Kaamelott, de Muriel Robin, de Coluche, de Michel Audiard.

Ne m’énervez pas en me parlant de sexisme, de violences conjugales, de parents qui maltraitent leurs enfants, ce sont des sujets qui me font bouillir de colère et d’incompréhension.

Ne me demandez pas pourquoi, je n’aime pas les  hommes qui portent des chaussures rouges et/ou jaunes…peut-être y vois-je un symbole machiste ?

Ne me demandez pas, non plus pourquoi j’aime mes enfants, ma famille et mes amis de cet amour inconditionnel et viscéral, forces, piliers et valeurs de mon humble existence.

Ne voyez pas qu’en moi une femme forte et indépendante, tentez de me faire baisser la garde, dépassez ma méfiance et ma défiance, surprenez-moi et peut-être, ferais-je de même…

VVB

Le BHD n°59: Fifty-fifty!

 

Ce mois d’avril, j’ai 50 ans ! Et je peux le dire, voilà, j’assume, j’ai 50 ans !

J’ai passé les 25 dernières années à dissimuler mon âge qui était aussi secret qu’un dossier inavouable de la CIA. Pour mes 30 ans, j’ai pleuré à chaudes larmes en soufflant mes bougies sur une tranche de pain rassie. Pour mes 40 ans, j’ai pris une cuite mémorable à la liqueur 43 avec mon amie Zabeth. J’ai vomi tripes et boyaux et j’ai eu mal aux cheveux pendant 2 jours.

Depuis mes 25 ans, j’ai toujours eu l’impression que mon âge était lancé à ma poursuite tel un spectre. Pourtant, j’ai eu beaucoup de chance de faire moins que mon âge. Jusqu’à mes 25 ans, on me demandait ma carte d’identité pour entrer en boîte de nuit et à 30 ans, certaines patientes croyaient encore que j’étais étudiante…Mais ça, c’était avant…

J’entre chez les « Quinquas » et je me souviens avec une précision toute chirurgicale du jour où j’ai blessé une de mes collègues en lui parlant d’une « vieille de 40 ans » sans savoir qu’elle en avait davantage. Du haut de mes 20ans, je m’étais confondue en excuses, mais cela n’avait pas suffi à atténuer sa peine. Il y a bien longtemps que j’ai compris, amèrement, ce qu’elle avait pu ressentir. D’ailleurs, cela fait 12 ans que j’ai « t’huit ans ».

Il ne faut pas se leurrer, l’adage populaire nous serine que l’âge c’est dans la tête, et d’une certaine manière, c’est vrai. Mais, d’un autre côté, la société et les statistiques sont contre nous. Il y a les sacrosaints cultes de la jeunesse éternelle, de la minceur, du corps parfait. Les cases où l’on veut nous ranger : les jeunes de 18 à 24 ans, les seniors de plus de 70 ans, la ménagère de moins de 50 ans ! Et quand on ne veut pas rentrer dans les cases, on fait comment ?

Il y a des jours où j’ai l’impression d’avoir 100 ans, d’autres où j’ai l’impression d’en avoir 15. Mais quand on me demande mon âge, ce n’est pas mon âge ressenti qu’on veut connaître, c’est celui implicitement défini par ma date de naissance. Notion mathématique, rationnelle, implacable.

La perception de l’âge est pourtant une notion floue et individuelle. Notre sablier du temps se modifie avec le temps qui passe. A 20 ans, on a l’impression que les grains sont  si énormes qu’ils ont du mal à passer dans le goulot, à 30 ans, les grains commencent à rapetisser et à s’écouler de manière fluide et, à partir de 40 ans, on dirait carrément que le sablier à pris des laxatifs.

Ô temps, suspend ton vol !…

Je ne vais tout de même pas me laisser démoraliser par un nombre, un vulgaire symbole mathématique qui ne tient absolument pas compte de ma jeunesse de cœur et d’esprit, non mais !

Je finirai par des paroles d’une haute sagesse. Elles ne viennent ni du Dalaï Lama, ni d’un grand philosophe, mais de ma chère petite mamie qui affichera prochainement 95 printemps à son compteur et qui jubile quand les gens lui en donnent régulièrement 20 de moins. Le jour de mon anniversaire, elle m’a écrit un petit mot qui se termine par cette déclaration : « 50 ans, c’est encore très jeune ! »…Le fait est que je suis complètement en accord avec ce principe !

VVB

La revue de presse de Valérie du 24/04/2017

Combattre le viol

« Le viol est le crime le plus toléré par la société » déplore Gilles Lazimi :

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/le-viol-est-le-crime-le-plus-tolere-par-la-societe-deplore-gilles-lazimi-769164.html

Ames sœurs

J’aime les gens « providentiels » qui arrivent quand vous n’attendez plus rien :

https://nospensees.fr/jaime-gens-providentiels-arrivent-nattendez-plus-rien/

Insidieusement

Les micro-agressions, ces ennemies de notre couple :

https://amelioretasante.com/micro-agressions-ennemies-de-nos-relations-de-couple/

Ils sont fous ces Américains !

Le « vontouring » (contouring du vagin) ou la nouvelle obsession du « beau sexe » :

http://www.elle.fr/Love-Sexe/Sexualite/Le-vontouring-contouring-du-vagin-ou-la-nouvelle-obsession-du-beau-sexe-3466286

Dépravation !

Une agence allemande vend des vierges au plus offrant :

http://www.liberation.fr/planete/2017/04/10/une-agence-allemande-vend-des-vierges-au-plus-offrant_1560982?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1491839545

Inavouable

Vaginisme : qu’est-ce que c’est ?

http://www.caminteresse.fr/sante/vaginisme-quest-ce-que-cest-1180269/

Prévention

Augmentation des IST : le cri d’alerte des gynécologues :

http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Augmentation-des-IST-le-cri-d-alerte-des-gynecologues-3467618

Salissage du féminin

Pour en finir avec les salopes !

https://mathildegauthier.wordpress.com/2016/11/23/pour-en-finir-avec-les-salopes/

Pétition contre le retour des camps !

Fermez les centres de torture pour les Gays !

https://secure.avaaz.org/campaign/fr/close_the_gay_torture_camps_loc_fr/?fvrEccb&pv=159

 

Saison des amours

Sexualité : à quelle période de la relation la vie sexuelle est-elle la plus satisfaisante ?

https://www.bibamagazine.fr/article/sexualite-a-quelle-periode-de-la-relation-la-vie-sexuelle-est-elle-la-plus-satisfaisante-65703