Tous éjaculateurs précoces


Manifestement, selon les théories psychanalytique utilisées en sexologie dans les années 80, nous faisions partis du lot et ce à des degrés plus ou moins importants! Si la formation de la Société Française de Sexologie Clinique était essentiellement théorique, celle de l’Institut de Sexologie se voulait plus pratique. Nous devions participer à plusieurs séminaires dont un « sorte de thérapie de groupe » très influencé par la psychanalyse. Il se voutait être une remise en question, être un travail sur soi. Il faut dire aussi qu’à l’époque, ces techniques étaient très à la mode: il existait même des groupes marathons sur un WE entier, les animateurs se relayant jours et nuits. L’objectif était de faire tomber ses résistances. Des couples se formaient, aboutissant parfois à des partis de « jambes en l’air », pourtant interdites par le réglement, dans le parc de la propriété utilisée à l’occasion. Je me rappelle également des séminaires de massage californien où la nudité était de rigueur. Epoque New Age du Peace and Love, toutes ces pratiques nous arrivaient tout droit des USA. Il fallait être assez bien structuré pour ne pas devenir complètement névrosé, influencé par les interprétations psychanalytiques. Lacan était une énigme ; je me sentais complètement idiot devant ce charabia incompréhensible – j’ai su plus tard que je n’étais pas le seul-. Fort heureusement , le comportementalisme qui n’était pas encore cognitiviste commençait à se développer en France. Il semblait plus facile à comprendre et surtout à utiliser. C’est aussi au cours d’un de ces séminaires que j’ai découvert l’hypnose. Elle avait plutôt mauvaise presse, car considérée comme manipulatrice. Il faut dire que Freud a inventé la psychanalyse sur la dépouille de l’hypnose. On oublie trop souvent d’ailleurs qu’il était venu en France, à Paris pour suivre les enseignements d’hypnose de Charcot et à Nancy de Bernheim. Mais mauvais praticien, il la transformé en psychanalyse tout en en conservant le rituel.
Bref, comme nous étions tous des névrosés, il était évident que l’E.P. en était une des conséquences. Je n’ai jamais croisé un homme qui ait pu prolonger la durée d’un rapport grâce à cette thérapie!

Auteur : Patrice Cudicio

Médecin

Sexualités: Le Magazine

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.