E.P. Flashback

Toujours à propos de l’éjaculation précoce qui allait devenir prématurée, avant d’être qualifiée quelques décennies plus tard de rapide.
Fin des années 70: j’assiste à un des cours de sexologie dispensée par la Société Française de Sexologie Clinique à l’ancienne Faculté de Pharmacie de Paris. Lors de mon Internat, j’étais tombé par hasard sur une revue médicale de sexologie, la première du genre en France. Curieux, je découvre un univers inconnu des études médicales . Sans être un accroc du sexe, je me dis que mieux connaître le sujet, ne peut être qu’un plus! Je m’inscris donc à l’enseignement de le SFSC. Je vais y rencontrer quelques « célébrités » de la sexologie française. L’enseignement s’inspirait beaucoup des livres de Masters et Johnson pimenté d’une bonne dose de psychanalyse. Ainsi et pour résumer, on interprétait et c’est malheureusement encore le cas, l’éjaculation prématurée comme le fruit d’une angoisse de castration, la peur d’un « vagin denté ». Les femmes sont vraiment animées de mauvaises intentions!!!. Ecartelé entre son désir sexuel et la peur de se faire dévorer son « instrument », le jeune mâle doit faire vite! Si cette peur de l’inconnu vaginal a pu persister chez quelques névrosés influencés des théories freudiennes, elle n’était, fort heureusement, pas retrouvée dans la grande majorité. Bref, tout cela pour dire, qu’avec la psychanalyse, c’est quelques années de thérapie pour espérer, ne pas résoudre ce problème, mais l’accepter. On imagine le résultat et les conséquence pour le couple!
Fort heureusement, ces cours de sexologie évoquent de nouvelles approches basées sur les thérapies comportementales qui deviendront plus tard cognitivistes (TCC). C’est essentiellement la technique du « squeeze » inventée par Seemans et reprise par notre couple américain. Elle consiste entre autre à demander à la partenaire de serrer la base du gland au signal de l’homme afin d’interrompre et de marquer l’excitation sexuelle. Elle serra reprise et interprétée par une psychologue américaine Meg Kaplan qui préconise le Stop and Go. Elle consiste à interrompre les mouvements coïtaux lorsque l’excitation atteint un certain seuil, le seuil d’inévitabilité, puis à les reprendre et ainsi de suite. Dans mon expérience de quelques milliers d’éjaculateurs rapides, ces méthodes n’ont qu’une efficacité très relatives. Cette faible efficacité n’est pas à attribuer à la méthode, mais plutôt à ses effets secondaires.
Quant à la technique de contraction du périnée utilisée par certains kinésithérapeutes, elle est du même acabit, tout aussi peu efficace!
On arrive au même résultat, voire mieux en comptant les motifs de sa tapisserie en en pensant à son percepteur! La solution est ailleurs! Je vais y venir plus loin…

Auteur : Patrice Cudicio

Médecin

Sexualités: Le Magazine

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.