BIENVENUE

Sexologie Magazine, une information médicale, psychologique, sociologique accessible à tous. Une information culturelle de qualité…………….pour une sexualité épanouie.

Depuis plus de 30 ans Sexologie Magazine essaie d’apporter une information la plus objective possible sur la sexualité dans tous ses aspects et ses difficultés.                                              

Sexologie Magazine est réalisé en collaboration avec de nombreux professionnels, médecins, psychologues….

Sexologie Magazine organise régulièrement des réunions d’information.

La sexualité récréative n’est pas innée. Comme la musique, avoir un instrument n’est pas savoir en jouer surtout à deux. De meilleures connaissances permettent d’améliorer sa vie sexuelle et amoureuse.

Contact: Jasmine Saunier

Rédaction: Dr Patrice Cudicio

Vous voulez consulter: Sexothérapeute-Hypnothérapeute

 News

Selon une étude récente publié par Medscape, le variations du taux d’œstradiol qui atteignent un pic au moment de l’ovulation féminine n’a pas d’influence sur le désir sexuel. L’étude a consisté à prescrire pendant 2 jours consécutifs du valériane d’œstradiol à la dose de 12 mg chez les hommes et de 8 mg chez les femmes et ce afin de vérifier l’action de cette hormone sur le désir et le plaisir, indépendamment du sexe. Il n’a pas été noté de changement chez la femme le 3ème jour. Chez l’homme qui avait initialement un score du désir plus élevé, il a été constaté une légère action inhibitrice.

Le HCE (Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes) a publié un état des lieux du sexisme en France. Comme vous pourrez le constater en lisant l’article, c’est affligeant pour ne pas dire autre chose…

Cela confirme le résultats d’études observationelles. L’hormone du « désir » est plutôt la testostérone aussi bien chez la femme que chez l’homme. Chez la femme c’est le métabolisme de la progestérone qui se transforme en partie en testostérone qui peut expliquer une légère augmentation du désir sexuel au moment de l’ovulation. ( Mais n’oublions jamais que le principal organe du désir et du plaisir est le cerveau)

Ejaculation et Hypertrophie bénigne de la prostate

Jusqu’à présent le traitement chirurgical d’un adénome de la prostate signifiait dans 80% des cas une éjaculation rétrograde (dans la vessie). Des progrès récents permettent désormais dans un certain nombre de cas d’éviter cet effet secondaire tout en améliorant la miction. Ce n’est pas possible dans tous les cas; aussi faut-il en parler à son urologue qui pourra proposer la meilleure solution.                                                                                                                     

Quelques articles…en passant

Et de nombreux autres avec le moteur de recherche du blog en bas de page

L’extase sexuelle

Les sites de rencontre: une arnaque?

Le couple et sa sexualité

L’éjaculation féminine

De la servitude amoureuse

Sur Amazon

Bonne lecture

Sexualités: Le Magazine de toutes les sexualités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.