E.P. Solutions

Les Solutions
En relisant les posts précédents , je m’aperçois qu’il m’a fallu de nombreuses années pour comprendre que ce symptôme avait été inventé de toute pièce. Appliquant les enseignements prodigués dans les années 70-80 par la Société Française de Sexologie Clinique et l’Institut de Sexologie, je ne comprenais pas bien le manque d’efficacité des différentes techniques et méthodes évoquées . Bien sûr, il y avait parfois quelques résultats, mais dans l’ensemble, ils étaient peu satisfaisants. Et pour cause: elles partaient du principe que l’éjaculation rapide était anormale, voire pathologique!
Je me répète sans doute: l’éjaculation est physiologiquement et naturellement rapide chez l’homme jeune en âge de procréation. Elle peut persister avec l’âge, mais est surtout amplifiée par les normes sexuelles véhiculées. Les sexologues et les médias sont malheureusement les responsables involontaires de la généralisation et de l’aggravation de ce symptôme en fabriquant une « maladie ». L’anxiété de ne pas se sentir suffisamment performant (angoisse de l’échec ou de performance) n’a fait qu’empiré les choses. En fait, retarder son éjaculation, c’est détourner un processus normal et naturel de sa fonction initiale: la procréation. Le plaisir n’est plus tant dans sa jouissance ou son orgasme, que dans la rétention de celui-ci , prolongeant le plaisir de l’excitation. Ce jeu sexuel va prolonger l’acte; il aura pour effet de maintenir un contact intime entre les deux sexes. Plus satisfaisante pour la partenaire, la pénétration est ressentie alors comme un véritable échange où chacun a le temps d’exprimer ses sentiments les plus profonds, les plus intenses. Le vagin n’est plus vécu par la femme libérée des contraintes de la maternité et désireuse comme une sorte d’exutoire de la jouissance spermatique masculine.
Faire l’amour devient une communication, un échange avec son sexe. On y devine la solution. Fruit d’un apprentissage, c’est un changement de représentation de la fonction sexuelle. Il s’agit pour l’homme, d’apprendre à caresser, à donner avec son penis et non pas comme il le fait trop souvent, se servir du vagin – comme il le fait avec sa main- pour se masturber. Toute l’attention est dirigée vers l’autre et non vers soi.
Au cours d’une consultation, j’utilise souvent l’image du violoncelle: «  si le corps de la femme est comme un violoncelle, les cordes son vagin, l’archet est le pénis qui va les faire vibrer et jouer une musique des plus délicieuses. »

Devenir un artiste n’est malheureusement pas aisé; on ne change pas un comportement inné, des habitudes, des conditionnements socio-culturels aussi facilement que cela.

La première étape consiste à mieux se connaître, à mieux percevoir ses sensations, ses émotions. Les techniques de relaxation, de méditation peuvent être utiles.

La deuxième consiste à devenir plus altruiste, plus généreux, moins égoïste, moins centré sur son plaisir. C’est avant tout un état d’esprit à acquérir. Il est dirigé vers l’autre et non vers soi, sans esprit de performance. C’est un des effets secondaires du « Sensate Focus » qui consiste à se caresser de manière réciproque, non simultanée, non sexuelle dans un premier temps puis sexuelle dans un deuxième. Cette technique comportementale est rarement très efficace, car vécue le plus souvent comme une sorte de recette magique, malgré tout contraignante.

La troisième est de concevoir, d’imaginer son sexe comme un outil, un instrument de dialogue, de communication, le prolongement de son esprit.

Et enfin de s’exprimer à travers lui.


Le meilleur outil capable d’agir sur ses différents niveaux est l’hypnose. Le processus dissociatif sur lequel elle repose, permet de changer assez facilement et rapidement les représentations mentales inconscientes responsables de l’éjaculation. A l’inverse d’autres techniques, elle n’impose pas une méthode. Elle utilise les ressources mentales propre à chacun, mais différentes selon son histoire. C’est ce qui en fait son efficacité. Toutes les autres techniques utilisées en sexothérapie ne sont efficaces que s’il y a adhésion, résonance entre ses propres conceptions ou croyances et celles de son « thérapeute ». Ce qui explique leur efficacité très relative. La même technique ne fonctionnera pas de la même façon chez deux personnes. Un adepte de la psychanalyse n’adhérera pas aux théories comportementales et inversement!

Besoin d’aide, de renseignements: contactez-moi.

Auteur : Patrice Cudicio

Médecin

Sexualités: Le Magazine

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.