Cancer du col de l’utérus

Le papillomavirus humain (HPV) représente aujourd’hui l’IST (infection sexuellement transmissible) la plus fréquente. Aux USA, 7 millions de femmes sont infectées et 17 000 développeront un cancer du col de l’utérus. Les vaccins sont recommandés avant le début de l’activité sexuelle. Ils vont permettre de prévenir l’infection par HPV 16 et 18, responsables de la plupart des cancers du col.
logo-footerL’étude publiée dans le JIM (Journal International deMédecine) montre que la couverture vaccinale est influencée par l’orientation sexuelle. L’échantillon regroupe 3253 adolescentes et femmes américaines âgées de 15 à 25 ans: 58% hétérosexuelles, 14,4% bisexuelles, 1,2% homosexuelles; 26,4% n’ont pas se sexualité.

Sur l’année écoulée, 61% n’ont eu que des partenaires masculins, 5,5% des partenaires des deux sexes, 1,8% que des partenaires féminines et 31,7% n’ont pas eu de partenaires.

Si 85% de cette population a semblé être sensibilisée à cette vaccination, seules 28,5% avaient débuté leur vaccination (elle comprend 3 injections de 0,5ml à 0,2 et 6mois). Ce taux s’avère plus faible chez les adolescentes et femmes n’ayant que des partenaires féminines ou sans sexualité.

Dr Patrice Cudicio

La Virginité stigmatisée!

LysUne étude américaine récente réalisée par Amanda N. Gesselman The Kinsey Institute, Indiana University, Bloomington

Gregory D. Webster Department of Psychology,University of Florida

Justin R. Garcia The Kinsey Institute and Department of Gender Studies, Indiana University, Bloomington

et publiée dans le Journal of Sex research, montre que sur le marché du « dating » la virginité est plutôt considérée comme un inconvénient. Aux USA, (comme dans l’ensemble des pays occidentaux, d’ailleurs) l’activité sexuelle débute chez le jeune adulte à la fin de l’adolescence. Cette étude tente d’évaluer les répercussions de la virginité chez l’adulte lors d’une rencontre amoureuse. La prévalence de vierges aux USA  est évaluée à 1,1 million d’hommes et à 800 000 femmes âgés de 25 à 45 ans, d’orientation hétérosexuelle; compte tenu des difficultés de celle-ci, ces chiffres sont probablement sous-évalués. A la suite de trois études, nous observons que la virginité est responsable d’un sentiment de dévalorisation. En effet les vierges se sentent stigmatisés du fait de leur inexpérience sexuelle et vont mettre en place une stratégie d’évitement alors qu’ils auraient pu rencontrer un partenaire identique. Même s’il semble que l’absence d’activité sexuelle puisse apporter quelques avantages sur la santé, l’étude montre qu’un retard dans ses relations sexuelles est responsable d’une perte de confiance, d’un sentiment de défaite et  va avoir des conséquences négatives, en limitant les possibilités de rencontres amoureuses.

Dr Patrice Cudicio