Déshabillez-moi, oui… mais pas tout de suite

Les rythmes du désir et du plaisir chez l’homme et chez la femme se jouent très rarement sur un accord parfait. Elles préfèrent le plus souvent la tendresse des préludes alors qu’ils cherchent malheureusement à prouver trop rapidement leurs performances.

Ce titre évoque bien sûr la chanson de Juliette Gréco. Il devrait être le refrain de toute composition amoureuse féminine. Aussi loin que l’on remonte dans la littérature érotique, de l’Art d’Aimer d’Ovide, du Kama Soutra, aux Contes des Mille et Une Nuits, cette même idée est retrouvée, avec constance: Faire l’amour à une femme ne se résume pas à la pénétration. Elle aime, désire une approche plus délicate, plus respectueuse. Elle apprécie les préliminaires d’autant plus que la relation est récente. Elle a horreur d’être réduite à un sexe. Le Kama Soutra nous dit: « L’homme approchera la jeune femme avec les ménagements qu’elle désire employant les procédés les plus aptes à lui inspirer confiance ».

NE JAMAIS CONSIDÉRER QUE CE QUI EST BON POUR SOI EST BON POUR L’AUTRE.

La première étape

La Maison Souquet Paris

Il s’agit de trouver un cadre agréable, propice à l’intimité, à un agréable, délicieux tête à tête comme un dîner. En général (il y a bien sûr des cas particuliers) l’acceptation d’un dîner permet d’envisager une suite…

Deuxième étape

Le déshabillage doit être très progressif (nous ne sommes pas des sauvages). Puis viennent les caresses, les baisers de la bouche, du visage, des cheveux. Tout en restant attentif aux réactions, il est possible de poursuivre par les seins. Toujours commencer par les parties du corps qui n’ont pas un caractère immédiatement sexuel. Il n’y a pas que les mains pour caresses, mais aussi la bouche, les lèvres, la langue. A la différence de la plupart des hommes, les zones érogènes de la femme sont innombrables: le lobe de l’oreille que l’on mordille, le cou que l’on respire, les épaules que l’on déguste, les hanches, le creux des reins, les fesses que l’on empoigne avec délicatesse, les pieds, les mains que l’on embrasse. Explorer son corps est un parcours délicieux. Car l’intensité du plaisir est aussi dans l’attente.

Troisième étape

Les caresses sexuelles peuvent commencer par les seins qui sont pris en main toujours avec délicatesse. De nombreuses femmes (pas toutes) aiment qu’on leur lèche, mordille, pince le bout des seins, souffle sur les mamelons. Quant aux caresses sexuelles, elles ne doivent surtout pas se limiter au clitoris qui est plus ou moins sensible selon les femmes. Il faut toujours commencer avec délicatesse; ensuite c’est selon…Les petites lèvres, l’entrée du vagin, la vulve ont leur propre sensibilité. Les caresses vaginales couplées avec celles de l’anus (pas avec le même doigt, question d’hygiène) peuvent être appréciées par certaines. Pas trop de fantaisies pour commencer, les diverses positions du Kama Soutra ne sont pas accessibles au commun des mortels!

Suite

S’il est bon de commencer par des mots tendres que l’on chuchote à l’oreille, le langage peut « verdir », devenir plus vulgaire voire grossier lorsque l’excitation s’intensifie (ce n’est pas une obligation). Avant la pénétration, le cunnilinctus est une gâterie souvent appréciée. L’anilinctus ou Feuille de Rose pour les poêtes ne doit pas être imposé, pas plus qu’il n’est souhaitable de lui imposer une fellation et encore moins une éjaculation dans sa bouche.

Quatrième étape

Lors de la pénétration, il ne faut jamais oublier que le sexe est aussi un instrument de communication. Le préservatif souvent indispensable lors des premières relations pourra faire partie du jeu. Mis en place par l’homme ou la femme, il est mieux d’essayer d’oublier sa présence. Avant tout mouvement, il est bon de se sentir l’un dans l’autre, l’un avec l’autre. S’accorder, trouver son rythme est essentiel. Faire l’amour n’est pas un concours, une performance à réaliser. Si l’orgasme de l’homme qui se conclue par l’éjaculation est assez facile et rapide à atteindre, celui de la femme est multiforme, plus complexe; il peut être plus difficile et plus lent obtenir. Les orgasmes multiples sont possibles mais pas systématiques. Par ailleurs il est inutile et absurde de rechercher à tout pris la jouissance simultanée qui nécessite une très grande connaissance de soi et de l’autre.

Après l’amour, les confidences…

La pire chose qu’un homme puisse faire après l’amour est de se retourner et de s’endormir sans dire un mot. Ou encore de fumer, d’aller se laver et de se rhabiller. Les quelques minutes qui suivent une relation sexuelle sont souvent très importantes pour la femme. Elles permettent d’exprimer sa tendresse, son affection, de partager vraiment son intimité. Elles sont propices au partage des émotions et confidences.

Avec la collaboration de F. Arnold Richez

Auteur/autrice : Patrice Cudicio

Médecin

Sexualités: Le Magazine

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ArabicChinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

You must be 18 years old to visit this site.

Please verify your age

- -

%d blogueurs aiment cette page :