LE COUPLE ET SA SEXUALITÉ

Il y a encore quelques années, il était difficile de parler de sexualité ; le sujet était tabou et n’était abordé timidement que dans le cadre de la reproduction, il restait essentiellement du domaine de la femme.

Le Couple et sa sexualité en « occident ».

Il y a encore quelques années, il était difficile de parler de sexualité ; le sujet était tabou et n’était abordé timidement que dans le cadre de la reproduction, il restait essentiellement du domaine de la femme. Les choses ont commencé à changer avec l’invention d’une contraception efficace dans les années 50.

L’invention de la pilule contraceptive par Pincus et Miramontes en 1956 dans un but de planifier les naissances allait déboucher à une dissociation de l’acte sexuel de la reproduction. L’émergence de cette nouvelle « liberté » sexuelle féminine fut sans aucun doute le point de départ de la sexologie moderne.

Les années 70, à la suite des mouvements contestataires ont vu naître une nouvelle société plus hédoniste où la recherche du plaisir, de tous les plaisirs devenait essentielle. Le plaisir sexuel en fait bien-entendu partie !

Les règles du jeu en furent définitivement changées, en effet, la femme s’émancipant dans la mouvance des mouvements féministes, devenant l’égale de l’homme revendique elle aussi le droit au plaisir.

Les années 70.

De fait, jusqu’à ces années 70, la normalité sociale de la femme dans le domaine sexuel était de faire des enfants ; il n’est jamais fait mention de plaisir féminin dont les manifestations jusqu’à une époque relativement récente étaient condamnées par l’église et par une certaine société bourgeoise. Quant au plaisir de l’homme, il était normal car associé à la survenue de son éjaculation. Mais une certaine population féminine américaine émancipée n’accepte plus les rapports sexuels dans de telles conditions ! La prise de conscience de cette situation conjugale conflictuelle ou pré-conflictuelle par deux médecins américains Masters et Johnson aboutit au développement de tout un ensemble de nouvelles pathologies sexuelles non plus fonctionnelles, mais liées à la relation de couple qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel.

Les connaissances médicales étant, à cette époque, limitées aussi bien sur le plan de la physiologie, de la pathologie que de la thérapeutique, leur analyse et leur interprétation se font sur des bases d’observation influencées par le savoir psychologique et sociologique de l’époque, sans oublier l’influence malheureuse de la psychanalyse, théorie pseudo-scientifique.

Encore, de nos jours, la sexologie reste très influencée par les théories de ces pionniers. Si bien que les approches thérapeutiques, exception faite des nouveaux médicaments n’a guère évoluée. Surtout quand on sait que ces médicaments ne sont destinés qu’à traiter des troubles fonctionnels masculins, et plus particulièrement les troubles de l’érection.

Déjà on avait tendance à transposer à la femme, le modèle sexuel masculin, le phénomène s’est récemment accéléré avec l’apparition d’une nouvelle discipline qu’est la médecine sexuelle où il est question de soigner avec des médicaments des insuffisances ou défauts d’apprentissage. Cette transposition, nous le verrons est très malheureuse !

En effet et nous allons bientôt l’aborder, l’essentiel des troubles sexuels n’est pas d’ordre physio-pathologique, mais en rapport à de mauvais apprentissage.

Quelles sont les bases ou fondations anatomo-physiologiques de la sexualité ?

L’homme étant avant tout un mammifère, la finalité originelle de la sexualité est avant tout la reproduction.

La nature étant prévoyante, elle a su optimiser ce mécanisme faisant en sorte qu’il soit le plus facilement possible à réaliser.

Elle a donc donné à l’homme jeune en âge de procréer une érection facile et une éjaculation suffisamment rapide afin d’assurer au mieux la survie de l’espèce. L’assurance du résultat n’étant pas garantie à tous les coups, leur répétition en augmentait les chances. Qui plus est et afin de le récompenser et d’avoir envie de recommencer, elle l’a gratifié d’une bonne sécrétion d’endorphines et de dopamine, voire d’ocytocine au moment de l’éjaculation.

Quant à la femme, elle l’a pourvue d’un clitoris dont la fonction essentielle est, après stimulation, de provoquer, bien sûr du plaisir, et surtout une bonne lubrification et une ouverture vaginale afin de faciliter la pénétration, sa récompense étant la grossesse et ce pouvoir de donner la vie.

Comme c’est le cas pour de nombreuses fonctions vitales et ce, toujours pour assurer la survie de l’espèce, la nature a fait en sorte que ces mécanismes soient pour l’essentiel d’origine involontaire donc sous la dépendance du système nerveux autonome par l’intermédiaire des hormones et des neuro-médiateurs.

Nous savons que la Testostérone joue, ici, un rôle essentiel ; elle est à l’origine des pulsions sexuelles qui sont le plus souvent importantes et quasi permanentes chez l’homme jeune et en bonne santé alors qu’elles sont nettement plus faibles et circonstancielles chez la femme car en rapport avec la survenue de l’ovulation. Il est bon de préciser qu’il n’existe des récepteurs à la testostérone qu’au niveau du clitoris. Le vagin n’en possède pas.

Ce qui explique déjà le décalage important des pulsions sexuelles entre l’homme et la femme. Et qui peut nous faire dire que si la femme n’a des rapports sexuels qu’en fonction de ses pulsions, ce ne serait que de deux à trois jours par cycle.

Fort heureusement, pour nous les hommes, la femme a su sans doute avant nous, humaniser sa sexualité, passant d’une sexualité pulsionnelle à une sexualité de la relation où la notion d’attachement et d’affect devient importante. Bien qu’aujourd’hui, on ne puisse exclure, sous l’influence des médias et de la pornographie une recherche hédonique, c-a-d de plaisir. Jouir est devenu une « norme » contraignante. Mais je n’ai jamais vu qu’une femme restait avec un homme parce que celui-ci était « un bon coup » et la faisait jouir ! 

S’il est facile, en effet, pour la plupart des hommes d’avoir une relation sexuelle désiré sans sentiment, c’est beaucoup plus difficile chez la plupart des femmes, mais rien n’est impossible, surtout après avoir consommé certaines substances deshinibitrices, licites ou non.

Si notre principal organe sexuel est notre cortex, la femme en est certainement plus dépendante que l’homme qui surtout s’il est jeune possède toujours le relais de ses pulsions. Après 50 ans, elles sont tendances à diminuer naturellement sans que l’on puisse parler d’andropause.

La « Norme »

Elle est d’abord reproductrice, l’homme jeune possède normalement une érection facile, une éjaculation rapide (elle survient, en moyenne, en 2 à 3 minutes), la femme jeune quant à elle peut éprouver assez facilement un plaisir et une jouissance clitoridienne  afin de provoquer et de faciliter son désir d’être pénétrée, mais elle n’éprouve pas naturellement ou spontanément une jouissance vaginale. Il faut savoir, mais ce n’est un secret que pour les hommes, que la plupart des femmes simulent l’orgasme, la jouissance lors de la pénétration, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’éprouve pas un certain plaisir. Par contre la jouissance clitoridienne par stimulation directe ou indirecte est connue par le plus grand nombre.

Quelle est l’évolution de la sexualité du couple « standard » au cours de sa vie 

L’homme, jeune, animée par ses pulsions, a un désir fréquent et important ; il n’a pas en général de problème d’érection, mais une éjaculation rapide compensée par une phase réfractaire de courte durée lui permettant de « remettre facilement le couvert ». Une fréquence élevée des rapports diminuera son excitation ce qui permettra d’allonger un peu la durée des rapports dont la durée « normale » (ce qui ne veut pas dire grand-chose si ce n’est de vouloir se conformer à une norme arbitraire) a été évaluée statistiquement, en moyenne, à 5 minutes et 40 secondes. Si pour une raison ou une autre, maladie, grossesse, séparation, la fréquence des rapports diminue, la survenue de l’éjaculation redevient plus rapide voire prématurée par développement d’une angoisse de l’échec ou de performance. Il est d’ailleurs assez rare que la femme se plaigne de ces rapports assez courts. Nous verrons pourquoi plus loin.

Au fur et à mesure qu’il avance en âge, la diminution progressive du taux de testostérone peut entraîner une diminution de ses pulsions, à moins qu’il ait pu ou su érotiser sa sexualité en développant tout un univers fantasmatique. Sa sexualité étant devenue plus cérébrale, elle est moins dépendante de ses hormones, ce qui lui permet de se prolonger dans le temps, mais en contrepartie, elle se fait plus fragile, beaucoup plus soumise aux aléas de sa vie psychique et c’est surtout à ce moment là que vont commencer à se développer chez l’homme les troubles de l’érection d’origine psychologique, exception faite de ceux qui ont déjà certains problèmes de santé : diabète, athérosclérose, etc…. Il faut préciser que même d’origine organique, il existe toujours des éléments psychologiques qui vont s’ajouter.

Une sexualité différente

Si assez nombreuses sont les jeunes femmes qui découvrent leur clitoris et le plaisir qu’elles peuvent en tirer, elles abandonnent assez rapidement la masturbation, ce qui n’est pas le cas de l’homme. En effet ce qui motive la relation sexuelle de la jeune femme, c’est avant tout la construction de la relation à l’autre. Dans la fantasmatique féminine, le rapport sexuel est motivé par le désir de se sentir normale, d’être acceptée, reconnue, aimée, désirée par l’homme choisi. 

L’origine du désir féminin est avant tout « narcissique » et non sexuel comme l’est essentiellement le désir masculin. Chez l’homme le sexe est le plus souvent une finalité alors que chez la femme, le sexe est un moyen pour parvenir à ses fins. Le rapport sexuel est le passage obligé pour être aimé. Il symbolise l’amour et pour beaucoup de jeunes femmes, faire l’amour est synonyme de fabriquer de l’amour. Amoureuses, elles ne comprennent pas qu’elles n’éprouvent pas de plaisir et se sentent très souvent anormales, surtout si en plus les rapports sont douloureux. Fréquemment, elles simulent le plaisir de peur que l’être aimé parte chercher fortune ailleurs. Elles développent très souvent, dans un premier temps un sentiment de culpabilité et d’anormalité devant ce problème. C’est ce que nous retrouvons dans la majorité des cas ; il existe bien sûr des cas particuliers différents, mais minoritaires qui vont se satisfaire d’une sexualité masturbatoire, instrumentalisée ou non.

Cette insatisfaction provoque en quelques mois ou années (6 mois à 3 ans ½) une diminution de la fréquence des rapports source de conflits ou d’incompréhension. L’inamoramento, l’état amoureux excède rarement 3 ans ½ selon Francesco Alberoni. Une éjaculation prématurée chez le partenaire est souvent la bienvenue car elle permet de justifier un refus en mettant la responsabilité sur le dos de l’autre. Le trouble ne peut que s’aggraver car les rapports devenant moins fréquents, l’éjaculation est de plus en plus rapide, ce qui fait que les rapports sont de moins en moins satisfaisants. 

Les choses sembleront s’améliorer lorsque surviendra un désir d’enfants ; mais chez la plupart la fréquence diminuera à nouveau lorsqu’elle sera enceinte sauf à assurer le minimum « syndical » pour que Monsieur n’aille pas chercher fortune ailleurs ce qui est souvent le cas. Souvent cette diminution du désir augmente dans le post-partum pour des raisons qui pour une fois peuvent avoir une composante organique.

Lorsque ce désir d’enfants est assouvi, les problèmes vont véritablement commencer. La femme va mettre en place un ensemble de stratégies d’évitement. Tous les moyens semblent bons pour éviter une intimité qui risquerait de provoquer le désir du mâle ; la dépression peut en faire partie ainsi que le développement d’un ensemble de symptômes gynécologiques et névrotiques.

On comprend que le conflit conjugal puisse aboutir à la séparation ou au divorce.

Bien sûr, cela semble être une caricature, mais en fait nous ne sommes pas très loin de la réalité. L’harmonie sexuelle n’est malheureusement pas à l’ordre du jour !

Il existe, bien sûr, quelques variantes : les femmes peuvent, elles aussi, aller chercher fortune ailleurs.  Certains sites comme Gleeden en font leur image de marque. Une relation extra-conjugale ou un nouveau partenaire à la suite d’une séparation ou un divorce va pouvoir lui permettre de retrouver un certain appétit sexuel.  Si une nouvelle relation peut améliorer une communication qui était défectueuse, elle subira la même évolution. 

Comment aller vers une harmonie sexuelle ?

Il faut pour cela donner du sens à son sexe et à sa sexualité et passer du pulsionnel au relationnel.

A l’origine, le sens de notre sexualité est la reproduction et si cela convient aux deux membres du couple il n’est pas nécessaire d’évoquer d’autres choix possibles. Mais nous pouvons faire autre chose de notre sexualité, nous pouvons en faire un moyen d’échanger de communiquer ses affects, ses sentiments, ses émotions.

Pour cela il faut d’abord envisager les organes sexuels comme les instruments de l’échange, de la relation où chacun doit apprendre à donner à l’autre.

L’homme, et cela naturellement, lorsqu’il a un rapport sexuel va avoir tendance à rechercher le plaisir de son éjaculation ; sans s’en rendre vraiment compte, il se caresse le pénis avec le vagin féminin. Centré sur son plaisir, il éjacule le plus souvent assez rapidement, parfois trop rapidement ce qui fait qu’il entretient et développe son éjaculation prématurée.

Il serait sans aucun doute meilleur amant si au contraire de se stimuler, de prendre son plaisir, il caressait de son sexe le vagin de sa partenaire à l’écoute de son plaisir à elle. Il me plait à comparer le corps de la femme à un violoncelle, son vagin contient les cordes, le pénis de l’homme en est l’archet et ce dernier le musicien. Il est évident que la musique doit venir du violoncelle. Cela semble simple, mais pour l’homme de nature égocentrique, le fait de chercher ailleurs que dans l’éjaculation un plaisir qu’il ne connaît pas encore, le plaisir de la relation, n’est ni chose facile, ni naturelle.

Pour la femme, les choses sont encore plus compliquées : l’intégration mentale de son vagin pour en faire un véritable organe de la relation et non de le percevoir comme un vide à combler n’est pas chose évidente. Cela nécessite pour elle d’en réaliser une véritable exploration sensorielle. Elle doit pouvoir se le représenter comme un véritable organe habité et animé par son esprit.

Nous savons que l’absence totale du vagin dans le schéma corporel est responsable des vaginismes et des unions non consommées.

Elle doit ensuite transformer cet organe en instrument qu’elle pourra utiliser comme outil de la relation exprimant à travers lui ses sentiments, ses émotions, son amour comme elle pourrait le faire de son regard, de ses baisers, de ses caresses. La femme devient ainsi sexuellement actrice de sa relation ; elle n’est plus dans l’attente de quelque chose qui ne vient jamais, enfermée dans la croyance que c’est l’homme qui doit lui donner son plaisir. Je précise lors de la pénétration. Ainsi ne subissant plus la relation, elle acquiert ainsi la liberté de son désir et de son plaisir qui sont manifestement liés et interdépendants. Cet investissement psycho- affectif de son vagin lui permettra de découvrir d’autres plaisirs, voire, même l’orgasme profond, différent en intensité, pour les femmes qui l’ont découvert, de l’orgasme à point de départ clitoridien.

Nous remarquons que ces notions vont plutôt à l’encontre des précédentes théories de la sexualité.

En fait c’est la pertinence du sens que l’homme et la femme vont donner à leur sexualité qui va permettre d’atteindre ou non l’épanouissement amoureux et sexuel souhaité.

Une déclaration récente de la WAS (Word Association of Sexology) le 11 septembre 2021 affirme qu’il est important de placer le plaisir sexuel à la pointe  de la promotion de la santé sexuelle.

COMMENT ABORDER ET RÉSOUDRE CES DIFFICULTÉS

Améliorer la communication du couple est la première étape essentielle car elle va permettre de comprendre et d’accepter ses différences.

L’HYPNOSE est sans aucun doute une des meilleures, si ce n’est la meilleure technique thérapeutique pour les résoudre.

Pourquoi l’hypnose ?

Depuis notre plus petite enfance, notre cerveau enregistre les événement de notre vie. Avant d’être encodés, les souvenirs factuels, (ceux dont nous restons conscients) sont séparés des souvenirs sensoriels et émotionnels (inconscients) qui affectent et enrichissent les souvenirs factuels. Ces divers éléments sont enregistrés dans des structures cérébrales différentes. Ce qui nous permet d’affirmer que le souvenir est toujours une reconstruction.

L’hypnose, surtout si elle est profonde permet de créer un état dissociatif, permettant d’accéder aux souvenirs sensoriels et émotionnels qui vont apparaître à ce qui reste de vigilance à l’esprit conscient, et cela sous une forme, analogique, métaphorique, poétique, onirique. Nos rêves en sont un exemple frappant car ce ne sont que l’expression sous forme analogique ou métaphoriques de nos affects. Ce qui nous perturbent en rendent parfois leur interprétation difficile, c’est qu’ils utilisent comme support affectif des souvenirs éloignés dans le passé, les mélangeant à des souvenirs récents.

Il faut savoir que l’inconscient, mémoire de nos affects. Il est le siège de nos émotions, de notre sexualité, insensible à la raison.

Revenons à la sexualité des hommes et des femmes et à ce qui les différencie.

L’hypnose va nous permettre de prendre conscience de ce qui nous fait différends  et de ce qui nous rapprochent, nous réunis, femmes et hommes.

Prenons l’exemple d’un couple en difficulté. Ils ont toujours des sentiments l’un pour l’autre, ils ne souhaitent pas se séparer, mais n’ont plus aucune intimité. Ainsi après les avoirs aidés à entrer dans un état d’hypnose aussi profond que possible, on leur propose ou suggère d’échanger leur corps et de vivre, leurs affects sentimentaux et sexuels dans le corps de l’autre. L’expérience vécue est souvent riche de surprises. Cette prise de conscience est révélatrice de fausses croyances sur le fonctionnement du sexe chez chacun. 

Ce n’est qu’un résumé : en effet, il y a plusieurs étapes à franchir avant d’en arriver à cette séance. Mais cela s’adresse aux thérapeutes ayant un intérêt ou une pratique de l’hypnose.

Sexualité et mariage. Font-ils toujours bon ménage ?

La sexualité à l’épreuve de l’engagement.

Le sexuel devient de plus en plus l’acte fondateur du couple marié et l’élément primordial à sa survie, alors qu’il y a seulement quelques décennies, il n’en était qu’une conséquence et ne constituait pour l’essentiel qu’un devoir matrimonial. Pourtant – et paradoxalement pour certains – à la lune de miel si prometteuse en délices et plaisirs, se substitue une lune de fiel où ardeur et désir sexuels font dramatiquement défaut. Est-ce la peur de l’engagement juré devant l’autel qui tétanise et anéantit leur libido ?

La vie sexuelle du couple s’articule habituellement autour d’un certain engagement affectif liant explicitement ou plus implicitement les partenaires. Or, pour certains, le terme « engagement » résonnerait avec contrainte, obligation voire emprisonnement. Ainsi, bien qu’ils s’engagent l’un envers l’autre officiellement par le truchement des liens du mariage, ils s’en désengagent inconsciemment en se défilant sexuellement. Leur frayeur de s’engager empoisonne sournoisement l’intimité de leur couple et laisse maints troubles sexuels prendre les devants et envahir la scène de leurs ébats. 

Danielle et Henri font partie de ces couples incapables de s’investir sexuellement dans leur engagement à l’autre. Mariés depuis six mois, Henri est un fonctionnaire âgé de 38 ans et possède beaucoup de temps libre tandis que Danielle est architecte et enchaîne projet sur projet, sans répit. Son rythme effréné de travail l’amène à se rendre sur les chantiers dès le petit jour pour ne rentrer qu’à la nuit tombée, et parfois même plus tard. Henri, quant à lui, s’occupe des courses et vaque à ses diverses occupations. Quand Danielle rentre épuisée d’une journée stressante de travail, le dîner est prêt et Henri l’attend docilement, fidèle au poste. Pourtant, quand dans la soirée, Danielle exprime le désir de faire l’amour, Henri bien que frais et dispos s’esquive la plupart du temps. Tous les prétextes sont bons : un genou qui fait mal après un match de foot, une douleur au dos, une émission à la télé. Même quand il se laisse convaincre ou qu’il cède à la pression de son épouse, les érections sont souvent absentes au rendez-vous. Désemparée et excédée, Danielle envisage la rupture.

La sexualité est un engagement en soi

Le déroulement du rapport sexuel place systématiquement ses protagonistes dans « l’ici et le maintenant ». Donc un positionnement dans le moment présent nécessaire au plaisir sexuel. Par ailleurs, cette disponibilité sine qua non à la jouissance des partenaires quand ils font l’amour se marie mal avec leurs projections dans l’avenir. Et pourtant, qui dit « faire l’amour » sous-entend bien un certain engagement qui unit les deux amants, qu’il s’agisse d’un engagement physique ou psychique, sentimental ou émotionnel, relationnel ou social. L’acte sexuel s’inscrit ainsi presque toujours dans une trajectoire de vie, dans un projet futur. Sans oublier que la sexualité exige des ses acteurs un vrai don de soi et une union à l’autre répété à chaque rencontre. L’on comprend donc que toute crainte de l’avenir et de l’engagement qu’implique la sexualité peut perturber son déroulement dans l’instant T présent. Saboter sa relation intime à l’autre revient donc à refuser inconsciemment cet engagement implicite. 

« Je suis mariée depuis maintenant près de 6 ans, explique Loubna, 33 ans, franco-libanaise. Avant le mariage, tout se passait très bien entre nous. Nous n’avions pas attendu de nous marier pour consommer, et ce fut sans regrets. Nous avions une bonne entente sexuelle et nous étions tout deux satisfaits. Avec le mariage, Nous avons vécu beaucoup de problèmes de couple sans pouvoir vraiment communiquer. Ce manque de dialogue a causé beaucoup de frustrations, spécialement pour mon conjoint, Hassan.  Il a eu le sentiment de ne pas avoir le contrôle dans notre mariage et que finalement j’avais toujours le dernier mot. Au lieu d’en parler, il a accumulé cette frustration et a progressivement décidé de nous priver de sexe… Je ne crois pas que cette décision fut consciente, cet éloignement s’est installé insidieusement.  Malheureusement, à chaque fois que j’essayais de lui en parler, il explosait et me faisait des reproches. Et ceci dure depuis !  Dernièrement, nous avons finalement eu une bonne discussion ou plusieurs choses se sont révélées…et il m’a exprimé le désir de vouloir poursuivre ce mariage. Malheureusement, je commence à perdre espoir et à penser que je suis la seule à faire des efforts. Selon mon conjoint, il n’a pas de problème d’attirance mais ça fait tellement longtemps que le sexe ne fait plus partie de notre vie qu’il dit ne pas être en manque, alors que pour moi c’est totalement différent. En plus, il semble être sur la défensive chaque fois que j’essaie d’aborder une discussion portant sur le sexe et sur son désir sexuel. Je ne sais pas si nous pourrons surmonter ce cap et réussir à avoir une vie de couple normale… je doute fort que ça soit possible mais j’aimerais vraiment trouver la solution miracle car nous nous aimons quand même…. Bien sur, pour les quelques personnes a qui j’en ai parlé, c’est cause perdue !  …  Jusqu’a cette date, je ne l’ai pas trompé et je ne crois pas qu’il l’ait fait non plus… mais je suis totalement insatisfaite.  Je suis en âge de vouloir des enfants et je crains de passer à côté si ça continue comme ça… de son côté, je ne comprends pas que se soit un si grand blocage et que ce soit si difficile de changer, s’il le veut, et de retrouver un désir sexuel pour moi !!….. »

Les engagements sous-tendus par la sexualité

Nombreux sont ceux qui, tel Hassan, réussissent à se désengager d’une union mal assumée par le biais d’un désistement sexuel, comme si symboliquement, sans relation sexuelle, le « contrat » de mariage n’était plus valide. Si cela est paradoxalement vrai légalement, puisque l’on peut obtenir un divorce pour non-consommation, souvent, les conjoints impliqués dans ce scénario de sabotage n’en sont pas conscients, bien au contraire, ils revendiquent leur amour et la légitimité de leur mariage. 

Mais quelles formes d’engagement sous-tend la sexualité ? A travers la crise que traverse Loubna et Hassan, nous pouvons relever les trois formes d’engagement imposés par la sexualité : érotique, relationnel et génital.

 « Nous sommes mariés depuis maintenant trois ans, nous raconte Marie-Josée, 36 ans. Nous avons un rapport sexuel par mois, parfois tous les deux mois. Il en a toujours été ainsi depuis notre mariage. Pourtant, avant de nous marier, nous flirtions beaucoup plus fréquemment.  Au début, je pensais qu’il fallait prendre patience. J’avais des problèmes familiaux, et j’étais peu démonstrative. Je lui parlais de mon manque, bien sûr, mais il était timide et avait du mal à parler de ce genre de chose. Avec les années, cette routine sexuelle s’est installée. J’ai décidé de prendre les choses en main et de pimenter notre relation. Malheureusement, c’est toujours à mon initiative : lingerie sexy, jeux de rôle, dîner aux chandelles ou bains agrémentés de pétales de roses… Lorsque nous avons des rapports, cela se passe bien, même s’ils peuvent être un peu douloureux pour moi au début. Mais je me sens très frustrée. J’en parlais tellement pendant une période, que ça déclenchait chez lui des pannes à répétition et qu’il a fallu qu’il prenne des produits érectiles pour arriver au bout de l’acte. La patience et l’amour sont venus à bout de ce problème mais le nombre de rapports est resté le même. C’est l’homme de ma vie, je l’aime. À part le sexe, notre relation est parfaite, c’est vraiment la seule chose qui me manque. Je n’ai jamais eu besoin de faire autant d’efforts avec mes précédents partenaires, ils avaient toujours envie de moi. Il y a eu une période où j’ai douté de moi, me disant que je n’en faisais pas assez, que je n’étais pas assez jolie, pas assez sexy. Nous en parlons avec beaucoup plus de liberté à présent, il me désire, me trouve sexy, mais il est fatigué : pour lui, c’est un effort. On pourrait croire qu’en vacances, nous aurions plus de rapports mais non, pas du tout. J’essaie de faire sans. J’espère qu’avec le temps, je n’irai pas chercher ailleurs ce manque de passion et de désir. Il est conscient de ça aussi ; c’est comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Il ne veut pas me perdre pour ça, je ne veux pas le quitter. Je m’y résous car nous nous aimons et c’est ça qui compte. Mais jusqu’à quand ? »

Un engagement érotique

L’érotisme est un engagement ludique fondé sur l’excitation, qui est essentielle à la poursuite du rapport sexuel. Cette dimension érotique de la sexualité, fortement connotée dans l’imaginaire de nouveauté, de passion et de levée de l’interdit, est l’apanage des ébats fougueux propres aux amours naissantes. Les couples mariés s’en rappellent souvent avec nostalgie comme témoin de leurs élans endiablés dans une liberté insouciante, en l’absence des responsabilités pesantes du mariage. Liberté qui selon eux est perdue à jamais depuis leur entrée dans le monde des adultes responsables. Cet essoufflement de l’érotisme conjugal sème souvent la graine de la discorde dans le couple comme dans le cas de Loubna et de Marie-Josée. Quand cet engagement des sens fait défaut, les corps s’éloignent et les plus lésés se réfugient dans leurs fantasmes et la fissure qui n’était que fêlure au début s’approfondit… jusqu’à ce que les cœurs chavirent à leur tour.

Valérie 28 ans, et Bernard, 38 ans, sont mariés depuis deux ans. Depuis leur mariage, leurs rapports sexuels se sont faits de plus en plus rares, puis inexistants. Après un an d’abstinence, ils ont décidé de suivre une sexothérapie.

« J’ai toujours eu du mal à me laisser aller dans le désir, à l’écouter et à l’exprimer, se confie Valérie. Mais après le mariage, cela s’est aggravé au point que je ne voulais plus du tout faire l’amour. Nous avons essayé d’en parler mais, comme on ne trouvait pas de solutions, nous nous sommes résolus à aller consulter une sexothérapeute. Pendant près d’un an, nous avons eu une séance tous les quinze jours. Nous avons commencé par parler de nos peurs, de ce qui n’allait pas, dans notre sexualité mais aussi dans les situations quotidiennes. Au début, ç’a été difficile, puis, au fur et à mesure des séances, j’ai réussi à m’exprimer avec plus de confiance et de liberté face à Bernard. Après le travail des mots, nous sommes passés à celui du corps, avec des massages, de simples effleurements ou des caresses plus sensuelles. L’étape la plus difficile a été d’observer le sexe de l’autre de façon très anatomique. Jamais je ne m’étais autorisé une telle chose ni n’avais laissé un homme m’ausculter de la sorte ! C’était comme si j’étais “nue” devant lui pour la première fois. Cette thérapie m’a permis de dire ce que je ressentais. Elle m’a libérée : en apprenant à dire mes envies et mes sensations, j’ai appris à identifier mon désir. Si je n’ai pas envie, j’ose le dire. Mais si j’ai “envie d’avoir envie”, je sais, et mon conjoint également, comment m’y prendre. Je sais de quels préliminaires, de quelles caresses j’ai besoin. En fait, la thérapie n’a pas augmenté mon désir, elle m’a appris à y accéder à travers ma relation à l’autre. »

Bernard quant à lui nous raconte sa version des faits : « Après le mariage, nous n’avons pas eu de relations sexuelles pendant un an. Je l’ai très mal vécu. Je pensais que si elle ne voulait plus de moi, c’était ma faute, que je m’y prenais mal. J’essayais de m’adapter à ce que je croyais être ses envies. Mais ça ne marchait pas davantage. Quand elle m’a proposé de voir une sexothérapeute, je n’ai pas hésité parce que je voulais vraiment que l’on retrouve une sexualité normale. Pour moi, c’est le fait d’avoir repris contact par la parole qui a été capital. De séance en séance, j’ai réappris à l’écouter, à entendre ses envies, ses gênes, ses désirs. Oui, je crois que le travail s’est davantage fait au niveau de la tête que du corps. Qu’est-ce qui fait que l’on soit arrivé à cette situation ? Pourquoi m’évite-t-elle ? Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à lui en parler ? Comment est-ce que je dois interpréter ses comportements ? J’ai trouvé des réponses à toutes ces questions. Cela m’a aussi aidé à mettre des mots sur ce que je ressentais, ma culpabilité, ma honte… Chaque fois que l’on ressortait d’une séance, on avait des tonnes de choses à se dire. En fait, le travail continuait à la maison. Aujourd’hui, tout n’est pas réglé, et ce n’est pas parce que l’on a fait une thérapie que l’on va se mettre à faire l’amour tous les jours et indéfiniment. En revanche, on ne s’évite plus, et on sait que l’on peut parler de nos envies ou de nos refus sans redouter les conséquences. Bien au contraire. Avec cette thérapie j’ai appris à parler en profondeur, pas seulement de sexualité mais de moi, de mes peurs, de mes envies, de mes projets… Prendre le temps de se montrer en toute liberté dans la parole est une manière très efficace d’exciter le désir. L’intimité que l’on retrouve dans la discussion en tête à tête donne envie de se rapprocher davantage l’un de l’autre. »

Un engagement relationnel

Les rencontres charnelles entre deux amants, cet échange de liquides mais aussi de lâcher prise et d’émotions, viennent compléter la communication verbale et explicite du couple. Ainsi l’on peut exprimer son amour ou au contraire son désamour, ses craintes et ses angoisses, sa confiance ou son insécurité, son positionnement dans le couple, par la manière dont on fait l’amour et via l’intensité de notre investissement personnel dans l’acte. Le dialogue continue donc et se traduit à un autre niveau, plus implicite, plus physique que l’on appelle le langage non verbal. De plus, faire l’amour c’est aussi s’inscrire dans une relation à l’autre et accepter d’introduire cet autre dans sa vie. Cette insertion se fait par le biais de ce langage corporel mais aussi grâce à la parole, si précieuse à l’épanouissement sexuel. La morale que l’on pourrait retenir de l’histoire de Valérie et Bernard se résumerait bien en deux mots : reprendre contact.

« Cela fait 2 ans et demi que je suis mariée, nous explique Michèle 32 ans. Sexuellement tout allait bien dans notre relation au début. Même si je n’avais pas spontanément envie de faire l’amour avec lui, j’arrivais finalement à prendre beaucoup de plaisir pendant nos rapports. Depuis que nous avons décidé d’avoir un enfant, je n’ai plus aucune envie ni aucun plaisir durant les rapports sexuels, et c’est une corvée pour moi. Nous en parlons beaucoup et il semble comprendre ce qui m’arrive même s’il continue à avoir très envie de moi. Nous sommes allés consulter un sexologue, mais celui-ci nous a beaucoup déçu en nous disant que je n’avais pas envie de faire l’amour parce que je n’assumais pas mon désir d’enfant. Seulement ce n’est pas aussi simple car j’ai réellement envie d’avoir un enfant, et pour moi ces relations qui me donnaient beaucoup de plaisir avant me manquent, même si je n’en ai plus envie.

Un engagement génital

Derrière tout acte sexuel se cache le désir – ou la crainte – d’une grossesse. Il suffit de réfléchir à la capacité reproductrice d’une simple pénétration sexuelle afin de cerner l’ampleur de l’angoisse qui peut l’accompagner. Toute grossesse, désirée ou appréhendée, marque le début d’un changement, d’un chamboulement du quotidien inévitable. Le désir peut donc, terrorisé par une telle éventualité, prendre ses jambes à son coup et disparaître de la vie du couple. Le mariage est déjà un tel engagement en soi, qu’il est plus sage de ne pas en souder définitivement les liens par la naissance irréfléchie d’un enfant. Michèle et Loubna expriment toutes deux ce désir d’enfant se heurtant à l’absence de désir sexuel dans leur couple. Problématique sur laquelle leur couple respectif devrait se pencher.

« J’ai 32 ans, et je viens de me séparer de mon conjoint avec lequel j’étais mariée depuis trois ans et demi. Caroline prend une profonde inspiration, semble prendre son courage à deux mains afin de continuer : Le divorce est très difficile à gérer car je l’ai quitté malgré l’amour que je lui portais. La vie en couple m’était devenue insoutenable et mon quotidien un cauchemar. Depuis notre mariage, mon mari a perdu sa libido. Cela a commencé par des rapports très longs qui ne se terminaient jamais c’est à dire sans éjaculation puis par l’abstinence totale. Malgré la rupture je continue de me remettre en question, mais je n’ai pas réponse et lui non plus d’ailleurs. Avec la frustration, j’ai commencé à être attirée par d’autres hommes pour me rassurer. Je ne l’ai jamais trompé, je l’aimais trop pour ça, mais j’ai décidé de me séparer de lui. Je me sentais piégée et n’en pouvait plus de souffrir, de ne pas trouver de solution, de ne rien comprendre, de passer mes nuits à attendre qu’il me touche, à pleurer, à croire que mon corps le dégoûte, à avoir l’impression de n’être plus une femme. Je souffre encore aujourd’hui beaucoup de son absence. J’ai appris il y a quelque temps par ses amis proches que son problème n’était pas d’aujourd’hui et qu’avec toutes ses partenaires, le problème s’était posé. En fait, aucune de ses anciennes relations n’ont abouti pour cette raison-là. Or, nous n’avions jamais eu de rapports sexuels avant le mariage comme je désirais préserver ma virginité. Souvent j’ai essayé de discuter de ça avec lui, il disait me comprendre, me disait qu’il m’aimait mais qu’il ne comprenait pas pourquoi il n’y arrivait pas. Tous ses amis me disent qu’il a un problème et qu’il préfère se rassurer comme ça plutôt que d’aller consulter un spécialiste. »

Les risques de l’engagement : une liberté en péril

L’un des freins les plus fréquents à l’engagement est la hantise de se retrouver privé de sa liberté. Liberté de « mener sa barque » comme on l’entend sans entraves ni obstacles dressés par un tiers ou par une famille. C’est ainsi que certains fuient cet engagement par des échecs répétés même après un mariage. La fin justifiant les moyens, tout symptôme sexuel pourrait servir d’alibi à l’inconscient pour se défaire de l’engagement et des dangers qu’il recèle. Or la vraie liberté, dans le sens adulte du terme, n’est point de « faire ce que l’on veut » mais bien au contraire de « vouloir ce que l’on fait », en d’autres termes d’assumer ses choix dans ses défaites et ses réussites. 

Karine, âgée de 39 ans, est secrétaire et son époux Pascal, âgé de 44 ans, agent SNCF. Du fait des absences répétées de Pascal, Karine a décidé de laisser les reproches prendre le dessus sur leur sexualité : « Je lui en veux pour tant de choses que je n’arrive pas à lui pardonner. Il suffit qu’il y ait un petit incident qui me contrarie, je m’énerve, je ne peux plus lui adresser la parole, ni le laisser parler. Encore moins faire l’amour. Il m’insupporte. Et il en est responsable : il n’est plus le même depuis notre mariage. Il a beaucoup changé. Tant de manies que je ne tolère plus. Par exemple, il refuse de se raser et ça m’exaspère. J’ai beau le lui répéter mais il fait la sourde oreille. Pour moi, un homme devrait être propre, bien coiffé et surtout bien rasé. D’ailleurs mon père fut toujours irréprochable ! »

L’engagement réveille aussi les images infantiles

Certaines personnes telle Karine se refusent de quitter le monde qui a peuplé leur enfance, avec ses règles rassurantes, ses rituels sécurisants, même s’ils ont franchi le cap de l’age adulte. Ils n’interagissent pas nécessairement sur un mode infantile avec les autres mais ont besoin de leurs repères d’enfants transmis par leur famille d’origine afin de se sentir en sécurité et en équilibre… De ce fait, l’engagement vers un autre, que la sexualité implique, est grandement perturbant et déstabilisant car éloigné des repères connus. Ils tentent alors de réinstaurer et d’imposer au sein de leur conjugalité leurs repères familiaux …

Les répercussions sur la vie sexuelle 

La crainte de l’engagement peut ainsi avoir un profond impact sur le désir et la vie sexuelle du couple aboutissant à maintes difficultés et dysfonctions sexuelles… L’un des principaux risques et dangers impliqués par l’engagement qu’est le mariage serait l’éventualité d’une grossesse malgré un bon usage des méthodes contraceptives, surtout si la méthode utilisée implique une haute probabilité d’échec tel un retrait (ou un calcul de dates pour les plus religieux !). Fuir ou faire échouer inconsciemment sa capacité reproductrice et donc l’acte sexuel en lui-même reste le moyen le plus efficace pour préserver un équilibre au sein d’un engagement contraignant.

S’engager pour le meilleur non pour le pire

De prime abord, le concept d’« engagement » évoque pour beaucoup un emprisonnement ou un devoir : tout choix impliquerait une notion d’obligation qui contraindrait de se soumettre afin de maintenir intact ce qui spontanément tendrait à se développer, à muer… On en déduit qu’une telle perspective n’emballe point, et que la stabilité à gagner ne fait pas le poids face aux sacrifices nécessaires à la survie de l’engagement… Pourtant, il est possible de s’engager envers l’autre, différemment, sous un autre point de vue. Tels Bernard et Valérie, nous pouvons tous envisager de nous engager avec l’autre et non contre l’autre, et de chercher ainsi avec cet autre des solutions aux divers obstacles rencontrés. Il s’agit aussi de se rappeler que « s’aimer pour la vie », ne veut pas nécessairement signifier s’enchaîner « pour toute une vie » mais peut ouvrir sur la notion se « s’aimer par amour » afin de vivre plus et mieux à deux, dans une recherche constante de qualité de vie et non de quantité. Il nous est donc possible de nous engager ensemble dans un parcours d’épanouissement et de découverte de soi et de l’autre. Afin de pouvoir au final s’ouvrir à une sexualité enrichissante et source de vie. 

Vous souhaitez consulter: sexothérapeute, hypnothérapeute, thérapie de couple